Los Angeles, Miami, Las Vegas, Chicago, New York, etc.

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10

(photos Lucy Nicholson, Joe Raedle, Mark Ralston, Spencer Platt,
John Gress, Mike Segar,  Matt York, Dawn Villella, Paul Sakuma)

Alors que les ventes de maisons neuves redécollent en Amérique, battant même un record en septembre, le marché de l’occasion ne se porte pas mal non plus. Les expulsions se poursuivent à une vitesse record également, dépassant pour la première fois les 100.000, toujours en septembre. Au total, 17 millions de maisons auraient été saisies depuis le début de la crise des subprimes. Pour être revendues par les banques. Avec de nouveaux crédits pour les nouveaux acheteurs. Et c’est reparti pour un tour.

Le hic, c’est que plusieurs centaines de milliers des procédures de saisies sont tout simplement illégales, voire frauduleuses : fausses attestations, contrefaçon de signatures, falsification de sceaux de notaire, modification de documents ou de titres de propriété… Les banques ont fait du zèle.

Un “Foreclosure Gate” pointe le bout de son nez, secoue Wall Street, fait trembler les banques et flipper Obama à quelques jours des élections de mi mandat. Selon les estimations, les pertes provoquées par ces nouvelles arnaques financières pourraient se chiffrer entre 6 et 120 milliards de $. Pour qui ?

Pendant ce temps, des millions de personnes sont toujours sans logement dans “le pays le plus riche du monde”. Et ce ne sont pas les gesticulations de Jimmy Carter (en opération de communication humanitaire à Minneapolis le 6 octobre dernier), ni les atermoiements d’Obama (qui semble fâché avec le mot “moratoire”) qui vont leur donner un toit.

US go home ? Oui mais où ?

Pas plus d’erreur que lundi dans la bannière…

Aujourd’hui aussi je marque un souvenir.

Si vous voulez en avoir plus, j’ai tout écrit ailleurs : .