Décroissance programmée

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6

La compagnie Tokyo Electric Power Company, Inc., plus connue pour ses exploits et déboires à Fukushima, tente de redorer son image et de remonter le moral de ses actionnaires, en montrant fièrement le chantier de la centrale solaire qu’elle construit à Kawasaki, dans la banlieue de Tokyo.

Il n’est pas sûr que ce genre de greenwashing suffise à rassurer les populations, à calmer les opposants au nucléaire ni même à assurer un avenir énergétique au pays du soleil levant : sur 30 hectares, la centrale devrait produire… 2 Mégawatts/heure, contre 4546 pour la centrale toujours en fusion et ses 6 réacteurs.

Question n°1 : Quelle serait la surface à couvrir de panneaux solaires pour parvenir à une production solaire comparable à celle du nucléaire ?

Question n°2 : Sachant que la zone d’exclusion autour de la centrale est de 20 km, cette surface suffirait-elle ?

Il va falloir apprendre à réellement économiser l’énergie…

*

Pour les pastèques carrées, elles n’ont aucun rapport avec le nucléaire, comme je l’ai cru moi aussi en découvrant cette image. En fait, il y a près de 10 ans que les Japonais leur ont donné cette forme, bien plus pratique pour le conditionnement, mais encore un peu coûteuse : les fruits sont vendus près de 90€ pièce !

(photos Yuriko Nakao, Toru Hanai, DR)

La musique moderne, très gourmande en électricité, est-elle menacée par de possibles restrictions ?

Si cela devrait être le cas, il y a fort à parier que les musiques “traditionnelles” survivraient plus facilement à l’épreuve de l’acoustique. Dans la rencontre Congotronics vs Rockers, proposée par Crammed Discs et qui réunit Konono No1, Kasai Allstars, Deerhoof, Juana Molina, Wildbirds & Peacedrums, Skeletons and Hoquets, il me semble que l’on perçoit un avantage à l’Afrique…