Bagarre linguistique

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13

Le parlement ukrainien a connu une séance plus qu’agitée, vendredi dernier lors du débat autour d’une loi proposée par la majorité de l’actuel président Viktor Ianoukovitch, qui propose d’étendre l’usage de la langue russe dans le pays, jusqu’à en faire la seconde langue officielle.

Suite à la bagarre généralisée, qui a opposé plusieurs dizaines de députés pro-pouvoir et d’opposition, un député a même du être hospitalisé. (Comme l’ancienne Première ministre ukrainienne, Ioulia Tymochenko, qui après avoir suspendu sa grève de la faim a annoncé son intention de saisir la Cour européenne des droits de l’homme sur son cas.)

Vendredi le calme était un peu revenu, mais pendant que des manifestants se réunissaient à l’extérieur du parlement, avec des banderoles proclamant notamment “Je veux regarder des dessins animés en ukrainien” une autre banderole déployée à l’intérieur par les députés d’opposition annonçait : “La destruction de notre langue est la destruction de notre patrie”.

On sent l’Ukraine prête à accueillir sereinement les footballeurs de toute l’Europe qui s’apprêtent à venir jouer à la baballe, histoire de changer un peu de la politique.

Pour changer aussi un peu de la politique et épargner ma mosaïque d’accueil des images de violence, je vous ai ajouté pour ma part une photo prise à Kiev samedi lors d’une festival de cerf-volant…

(photos : DR, Maks Levin, Gleb Garanich, Sergei Supinsky)

Il fut un temps où pour désigner une situation chaotique on disait : “C’est Beyrouth”. On pourra maintenant dire : “C’est Kiev”.

Bref.

Yasmine Hamdan est une musicienne libanaise qui vit aujourd’hui à Paris. Trosi ans après le projet Y.A.S., elle revient dans les bacs avec un nouveau disque, solo cette fois, sobrement intitulé Yasmine Hamdan, dans lequel elle chante… Beirut.