Une terrible beauté

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24

Il pleut sur juillet et cela gâche les vacances de nos compatriotes qui scrutent le ciel.

En Inde aussi, on scrute le ciel en été, mais pour voir arriver la pluie : “Good summer, good rain”, comme me le confiait un habitant de Goa l’an passé.

Cette année, la mousson a éclaté en temps et en heure, apportant sa dose de pluie au pays. Sa dose de catastrophe aussi.

Dans l’état de l’Assam, aux confins du Bhoutan et du Bangladesh, les pluies diluviennes ont fait déborder le fleuve Brahmapoutre et entraîné des inondations meurtrières : au moins 79 morts ont été dénombrés et 2,2 millions de personnes ont du être déplacées vers des camps de fortune.

Terrible réalité dont on parlera peu au journal du soir des pays développés. Terrible beauté aussi de ces images de catastrophe que je vous propose de partager aujourd’hui…

(photos : Utpal Baruah, Biju Boro, Shib Shankar Chatterjee, Anupam Nath, Pavel Rahman)

Parmi mes sources musicales, figure en bonne place Soundroots, avec notamment sa liste mensuelle des meilleurs albums de la planète.

Dans la liste du mois dernier, en 10e position, figurait Ecco La Musica, au sujet desquels le site Internet m’apprend peu de choses, à part que le groupe définit sa musique comme du “World Chamber Jazz Latin Tango Mediterranean”. Voici Triste, Solitario Y Final extrait de leur tout premier album Morning Moon.