Dieu en ligne

Slide 1

Comme dit à peu près mon copain Hakim : “Chez les muslims on s’embête avec 30 jours de ramadan, mais une fois fini, on est débarrassés pour un an. Mais dans la religion d’en face, ils remettent ça toutes les semaines, avec interdiction de toucher à la lumière…”

Mes connaissances du rituel juif sont à peu près nulles, et guère plus avancées depuis mes voyages en Israël et j’ignorais que le téléphone portable était casher. Mais les voies de Dieu sont impénétrables, quelles que soient je pense l’endroit d’où on le prie : mosquée, synagogue, église, ascenseur ou bout de trottoir.

Bref.

Une seule image aujourd’hui, prise au bord de la Méditerranée, pendant le Tachlikh qui succède immédiatement à Roch Hachana (le nouvel an), au cours duquel les juifs jettent leurs péchés à la mère, accompagnés parfois de quelques offrandes symboliques. Remarquons au passage que cette cérémonie se déroule à peu près au même moment que la Ganesh Chaturthi et l’immersion de multiples statues du dieu éléphant porter chance.

Aucun rapport ?

Dommage. 20 ans tout juste après la signature des accords d’Oslo, ce vendredi 13 septembre, ce serait pourtant bien que les juifs jettent au loin quelques péchés et autres velléités colonisatrices pour donner une vraie chance à la paix.

(Photo : Tsafrir Abayov)

Selon l’une des règles adaptatives de ce blougui qui fait que chaque soupçon d’antisémitisme est compensé par un passage d’artiste juif, voici une reprise de Leonard Cohen. Mais le choix de la chanson n’a rien à voir avec ce qui précède. C’est juste un clin d’œil.

Suzanne, interprétée par :

  1. Leonard Cohen
  2. Le même, accompagnant Judy Collins, qui fut la première à interpréter cette chanson, avant son auteur.
  3. Nina Simone
  4. Nick Cave
  5. Peter Gabriel, sur les images de la vidéo de Leonard Cohen
  6. Joan Baez
  7. Graeme Allwright et Maurane
  8. Jorane, une réelle découverte !