Bon anniversaire Loulia

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21

À l’intérieur de ses frontières, l’Union européenne ne fait plus vraiment rêver. Désintérêt (réciproque) voire défiance des citoyens qui se sentent de plus en plus éloignés d’institutions qui ne semblent s’intéresser à eux que pour édicter des règlements surréalistes ou imposer des plans de rigueur à la réalité douloureuse. Les sondages, déjà en cours pour une élection des parlementaires qui en se déroulera que dans 6 mois, montrent une montée de l’extrémisme. Ils ne disent rien de l’abstention record pourtant prévisible.

À l’extérieur pourtant, l’Europe fait encore sinon rêver du moins envie.

Et je ne parle pas aujourd’hui des migrants qui viennent par milliers s’échouer sur nos rivages. Ou mourir en pleine mer…

Dimanche dernier, les Ukrainiens sont descendus par milliers (une centaine selon les médias, quelques dizaines selon la police qui a oublié de se compter…) dans les rues, à Kiev mais aussi à Lviv, Dnipropetrovsk, Odessa, Donetsk, pour protester contre la décision de leur gouvernement de suspendre les préparatifs d’un accord d’association avec l’Union européenne, préférant donner la priorité aux “relations économiques avec la Russie”.

On comprend les dirigeants ukrainiens de préférer la Russie, vue l’état économique de l’Europe. On comprend la population ukrainienne ‘avoir de mauvais souvenirs de l’influence russe sur le plan des libertés. Souvenirs que ravive allègrement Vladimir Poutine.

Hier soir, à l’heure où j’écrivais ce billet, les manifestants pro-européens étaient toujours mobilisés. Encouragés par leur ex-premier ministre Ioulia Tymochenko, toujours emprisonnée, qui leur a fait passer un message par l’intermédiaire de son avocat :

“Je vous demande, mes chers concitoyens, d’augmenter chaque jour nos forces sur les places du pays. Je vous demande de lever une vague sans précédent de mobilisation, pour que la mafia autoritaire de Ianoukovytch ne puisse empêcher notre retour historique dans notre vraie famille.”

L’égérie de la révolution orange a également annoncé qu’elle entamait une grève de la faim, en solidarité avec les manifestants et pour exiger du Premier ministre, Viktor Ianoukovytch, qu’il signe l’accord d’association et de zone de libre-échange avec l’Union européenne.

Vue les relations entre l’ancienne Première ministre et son successeur, on a des doutes qu’il lui donne satisfaction. Même en guise de cadeau d’anniversaire : Ioulia Tymochenko fête aujourd’hui (sans gâteau) son 53e anniversaire.

Quant aux Ukrainiens qui rêvent d’Europe, on a juste envie de leur demander s’ils ont envie de remplacer, dans l’imaginaire et la réalité des Européens, les plombiers polonais ou les migrants chroniques roumains.

Ou alors de se mettre à rêver avec eux à une Europe des peuples…

(photos : Yuriy Dyachyshyn, Gleb Garanich, Sergei Chuzavkov, Efrem Lukatsky, Grigorii Vasilenko, Sergey Dolzhenko, Sergei Supinsky, Vasily Fedosenko, Dmytro Larin, Konstantin Chernichkin)

Je ne sais pas si c’est vraiment rassurant, mais l’Union africaine vacille autant que son homologue européenne. Comme en témoigne cette chanson enregistrée le mois dernier par un collectif d’artistes (Baaba Maal, 2Face Idibia, Daara J Family, Lami Philips, Smarty, Sound Sultan, Dany Lee et Ceepee) appelant les chefs d’États africains à respecter leur promesse de consacrer au moins 10% du budget de leur pays à l’agriculture.

Une promesse faite il y a 10 ans !