Stockholm

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4

(photos DR et Chris Radburn)

«C’est une nouvelle fantastique. Moi et maman [sic] sommes si heureuses qu’un des pionniers de la FIV ait reçu la reconnaissance qu’il mérite. Nous avons une grande affection pour Bob et sommes ravies de lui adresser toutes nos félicitations.»

C’est le message personnel adressé par sa première cliente à Robert Edwards, qui a remporté lundi le premier prix Nobel de la saison (celui de médecine).

Le père des bébés éprouvettes, comme le rappelle CNN, qui dans son élan enthousiaste lui a attribué carrément la paternité patronymique (voir la légende, rectifiée depuis ma copie d’écran…) a aujourd’hui 85 ans. Louise Joy Brown, née le 25 juillet 1978, fut la première d’une longue série, de près de 4 millions d’enfants. Et c’est avec son “père” bidouilleur qu’elle pose, 30 ans après sa naissance et avec son petit Cameron dans les bras.

Pas beaucoup de pères, naturels ou biologiques dans cette famille…

Voir les prémisses du tripatouillage génétique récompensé par le jury Nobel a quelque chose d’inquiétant à une époque trouble, où la boîte de pandore des manipulations génétiques en tous genres est loin d’être refermée. Jacques Testart, l’homologue français du lauréat du jour, ne cesse de tenter d’alerter l’opinion sur les dérives d’une science sans conscience des conséquences de ses “recherches”. Son dernier article, paru également dans La Décroissance, traite des effets des “progrès chimiques” sur la disparition des abeilles et de l’humain.

En attendant le jour où Monsanto recevra le prix Nobel de chimie, voire de la paix, il est encore temps d’arrêter le délire, en allant signer la pétition citoyenne qui demande la suspension des cultures OGM en Europe

Le chanteur sénégalais Diogal (Sakho) a sorti son 4e album, Urban Spirit, le mois dernier. Impossible de mettre la main sur la moindre vidéo extraite de ce dernier opus, mais j’ai déniché ce montage, qui me semblait bien coller au sujet du jour.