Java

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10

(photos Sonny Tumbelaka, Irwin Fedriansyah, Beawiharta, Dwi Oblo, Adek Berry, Andry Prasetyo)

Contrairement aux Islandais et à leur Eyjafjöll de sinistre mémoire (et impossible à mémoriser), les Indonésiens ont le bon goût de garder pour eux les désagréments de leurs éruptions volcaniques.

Depuis le 26 octobre, début de l’éruption du Merapi (“montagne de feu” en javanais), 44 personnes ont été tuées et plus de 100.000 évacuées pour fuir le nuage de cendres et de gaz toxiques que crache le volcan. Mais la zone d’exclusion aérienne est limitée à un rayon de 12 km autour du volcan.

L’occident aéronautique n’est pourtant pas complètement à l’abri des aléas volcaniques : 6 mois après les facéties de l’Eyjafjöll, c’est au tour du Grimsvötn de montrer des signes d’activité…

Même si pour des Français, l’Islande et la Norvège, ce n’est pas si loin, il y a quand même 1745.89 km entre Oslo et Reykjavik.

Bref.

Moddi (de son vrai nom Pål Moddi Knutsen) vient de Senja, une île dans l’extrême nord de la Norvège, et c’est à Reykjavik qu’il a enregistré son premier album, Floriography, paru en février dans son pays. Un EP, Rubbles, est sorti en octobre “pour ceux qui n’ont pas la même couleur de passeport”. Outre deux titres extraits de Floriography, on y retrouve deux inédits, dont Moonchild.

Moddi est en tournée en France et alentours jusqu’à la fin de l’année.

Je dédie ce titre à la vie d’un enfant, en silence…