Dublin

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12

(photos Peter Morrison, Cathal McNaughton, Peter Muhly, Phil Walter)

À coups de subprimes, les banques ont réussi à déloger près de 17 millions de foyers étasuniens parmi les plus pauvres.

On connaît la suite : crise bancaire, interventions des États pour moraliser sauver le capitalisme financier, endettement des États auprès des banques, des spéculateurs, des marchés (termes impersonnels derrière lesquels se dissimulent quelques salauds et… plusieurs millions de braves gens qui leur ont confié leur épargne).

Les “marchés” (avec l’aide obligeante du FMI, de la Banque mondiale, de l’Union européenne déconnectée…) découvrent avec bonheur qu’il est tellement plus rentable de dépouiller un pays que ses habitants un par un.

Que se passera-t-il le jour où 4,5 millions d’Irlandais se retrouveront à la porte de chez eux ? Pourront-ils émigrer aux États-Unis comme ils l’ont déjà fait massivement au XIXe siècle ?

Il y a plein de maisons vides là bas.

PS : Mauvais signe ? Avant de voir débarquer à Dublin ceux que la presse surnomme “les hommes en noir du FMI et de l’Union européenne”, les Irlandais ont perdu (18-38) contre les All Blacks néo-zélandais samedi à Lansdowne Road !

À propos de migration…

Le duo Xu Ri Yang Gang n’a pas de site Internet, pas de page Myspace, pas de profil sur Facebook…

Liu Gang et Wang Xu sont juste deux mingong (migrants chinois de l’intérieur) qui ont été filmé par le téléphone portable d’un compagnons de chambre alors qu’ils entonnaient le tube rock Chutianli (“Au printemps”).

La vidéo a été postée sur Youku, a été vue plus de 10 millions de fois et a marqué le début d’un vrai un conte de fées dragons chinois.

C’est sur Berceuse électrique que j’ai lu cette info et vous pouvez lire l’intégrale de l’histoire sur Le Monde (n’en déplace à l’establishment médiatique ou politique, les blouguistes citent leurs sources).

Comme la connexion avec la Chine est parfois délicate, c’est la version Youtube (visionnée moins d’un millier de fois…) que je vous propose de découvrir.