Alger

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13

Egypte, Libye, Yemen, Bahrein, Syrie… Jusqu’ici le tsunami révolutionnaire parti de Tunisie parcourait  les pays arabes plutôt vers l’est.

Mercredi la cité Oued Koriche, dans le quartier de Bab El Oued, s’est enflammée quand les bulldozers sont arrivés, accompagnés de plusieurs centaines de policiers, pour démolir les habitations de fortune que les habitants construisent pour pallier l’absence de logements. Résultat : plusieurs dizaines de blessés de chaque côté et une fillette de 7 mois asphyxiée par les gaz lacrymogènes.

On est loin du bilan des émeutes de janvier contre la vie chère qui avaient provoqué 5 morts et quelque 800 blessés et hier, le calme semblait revenu. Mais la colère demeure : « On ne va rien lâcher. Puisqu’ils nous ont déclaré la guerre, ils l’auront », promettent les habitants de la cité, également désignée sous le joli nom de “Climat de France”.

Rien avec avec le vrai climat de France qui, malgré le mal logement et une hausse des prix alimentaires en flèche, reste au calme, à la résignation et à la soumission.

(photos Louafi Larbi, Sidali Djarboub, Farouk Batiche)


Elle est née en Iran et vit aujourd’hui aux États-Unis. Mais la musique d’Azam Ali est aussi (surtout?) marquée par son enfance et une partie de son adolescence passées à Pānchgani (पाचगणी) dans le Mahārāshtra, en Inde. Son prochain disque From Night to the Edge of Day sort en avril, mais pour vous faire patienter, je vous propose un titre plus ancien, Promise, enregistré avec le groupe Vas.