Grímsvötn, etc.

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6

Vous avez aimé l’Eyjafjöll, vous allez adorer Grímsvötn.

Alors que le réveil du volcan situé sous l’Eyjafjallajökull (dès mars 2010) n’avait pas fait couler beaucoup d’encre ni de salive, jusqu’à ce que le nuage de ses cendres paralyse en avril l’espace aérien européen pendant plusieurs semaines, provoquant l’annulation de plus de 100.000 vols, celui de son cousin sous le Vatnajökull, outre que c’est plus facile à prononcer, est observé avec beaucoup d’attention et un peu d’appréhension.

Il est vrai que contrairement aux accidents nucléaires qui n’ont évidemment rien à voir les uns avec les autres, les éruptions volcaniques islandaises pourraient avoir tendance à se ressembler, malgré la différence de composition des cendres dont on nous parle ici ou là. Le nuage est attendu en France jeudi et l’on verra alors s’il faut de nouveau fermer notre espace aérien, comme les Islandais l’ont fait hier.

L’activité volcanique islandaise est largement plus relayée que son actualité électorale. Le 9 avril, les Islandais ont dit “non” pour la deuxième fois au remboursement des spéculateurs anglais et néerlandais qui avaient fait joujou avec la banque Icesave : pas question pour eux d’éponger les pertes d’une banque privée avec des fonds publics.

Si ces idées subversives arrivent dans l’Union européenne en même temps que les cendres du Grímsvötn, ça va faire mal !

(photos Nasa, Jon Gustafsson, DR, Brynjar Gauti, S. Olafs)

Une musique toute douce pour commencer la semaine, quelques arpèges à la guitare pour ceux que ça inspire et un étrange véhicule aérien qui pourra peut être remplacer les avions cloués au sol, pour rejoindre ceux qu’on aime.

Une animation de David Cribbin sur une musique de Luko.