Du pain (sec) et des jeux

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10

Sept ans après des Jeux olympiques à 9 milliards d’euros qui ont sérieusement plombé leurs comptes et contribué à aggraver le déficit de leur pays (avec l’aide pas complètement désintéressée de Goldman Sachs*), les Grecs pas dégoûtés remettent ça.

La cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques spé­ciaux, réser­vés aux han­di­ca­pés men­taux, s’est déroulée samedi soir à Athènes, avec la par­ti­ci­pa­tion de 7.500 ath­lètes de 180 pays, de quelques anges (encore), de Stevie Wonder, mais en l’absence – remarquée – du premier ministre Georges Papandréou.

Si ces nouveaux jeux vont permettre de remettre en service jusqu’au 4 juillet des installations dont la plupart sont inutilisées depuis 2004, ils ne vont pas forcément régler les problèmes financiers du pays, toujours menacé de faillite par les handicapés malades mentaux de la finance mondiale.

La Posgamea (Panhellenic Federation of Parents and Guardians of Persons with Disabilities), qui regroupe 200 associations d’handicapés et de familles, a dénoncé le gaspillage et son exclusion du comité d’organisation.

(photos Vladimir Rys, Kostas Tsironis)

* L’ancien président de Goldman Sachs Europe, Mario Draghi, va succéder à Jean-Claude Trichet à la présidence de la Banque centrale européenne : juste retour sur investissement ou escroquerie ?

Si vous le souhaitez, je vous laisse aller écouter le mini-concert donné samedi par Stevie Wonder en cliquant sur le lien ci-dessus et je vous épargne l’hymne officiel, It’s A Wonderful Winning World, interprété par Alkistis Protopsalti et Vittorio Grigolo (que vous pouvez aussi aller écouter ici si vous insistez vraiment).

Pour compléter ce billet où je n’ai pas vraiment rendu hommage aux handicapés mentaux, je vous ai déniché un sacré bon groupe de rock australien, Rudely Interrupted qui vient de sortir son deuxième album, Tragedy of the Commons.

Le rapport ? Le chanteur du groupe, Rory Burnside, est aveugle et souffre du syndrome d’Asperger (mais il a l’oreille absolue…), le bassiste Sam Beke est trisomique, le claviériste Marcus Stone est sourd à 80% et souffre d’Asperger aussi, le batteur Josh Hogan est autiste (et “joue depuis toujours dans sa tête”) et la percussionniste Connie Kirkpatrick est également aveugle et trisomique.

Quant au guitariste qui a eu l’idée folle de les réunir, Rowhan Brooks, il est musicothérapeute et il explique : “Quand je me suis rendu compte que certains de mes patients avaient un vrai talent musical, je me suis dit qu’on pourrait peut-être faire quelque chose”.