11 septembre 2011

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11

Bouffer du 11 septembre jusqu’à l’indigestion…

Que dire de plus que les milliers de mots ressassés pour cet anniversaire qui occulte une fois encore celui de la chute d’Allende et de l’arrivée au pouvoir d’une junte militaire soutenue par la CIA ?

Que montrer d’autre que les mêmes images passées en boucle, reprises, remontrées, relégendées, recommentées, jusqu’à en oublier les conséquences guerrières, impérialistes, sécuritaires ?

Dans les pages photos du New York Times, est parue cette semaine une série de portraits signée Fred R. Conrad des travailleurs du chantier du nouveau World Trade Center, où les Etats-Unis tentent fièrement et symboliquement de renaître de ces cendres honteuses et symboliques…

Cette série d’images m’a fait penser à une autre série, parue quelques jours plus tôt sur le même blog, d’autres travailleurs, anonymes et immigrés, d’un autre empire, Dubaï, que Ruben E. Reyes, a intitulée Innominate.

Je me suis permis d’associer quelques images de ces deux galeries, un peu au hasard.

Entre ces hommes sans nom, exilés et exploités, et ces travailleurs reconnus comme des nouveaux pionniers américains, il n’y a que quelques milliers de kilomètres de différence, un abîme médiatique et un monde traversé d’injustices croissantes.

Qui court vers d’autres explosions…

(photos Fred R. Conrad et Ruben E. Reyes, montage JR Chauvin)

Deux avions détruisant deux gratte-ciels ont bouleversé le monde.

A un niveau plus individuel, un baiser peut aussi mettre le monde sens dessus dessous. Surtout quand le hasard et la distraction s’en mêlent, comme dans ce court-métrage réalisé en 2005 par Stefan Le Lay, et sobrement intitulé Le Baiser.