Parlons d’autre chose

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13

Après une nouvelle semaine de dégringolade boursière où les « marchés » ont fait une nouvelle fois la preuve de leur incapacité à la sérénité nécessaire à l’exercice du pouvoir qu’ils réclament, les autorités ont décidé de réagir.

La police new-yorkaise est donc intervenue samedi.

Mais seulement pour déloger les trublions coupables “d’entrave à la circulation et de résistance” qui manifestaient devant la bourse de Wall Street depuis le 17 septembre afin de dénoncer “la destruction de la démocratie par les grands groupes après qu’ils aient détruit l’économie”.

Le tout dans une indifférence médiatique assourdissante, les grands journaux étant tellement occupés à commenter la désintégration de nos sociétés par un capitalisme toujours bien virulent.

80 à 100 des militants de Occupy Wall Street ont été arrêtés.

Les traders, les spéculateurs, les usuriers de la dette publique, les charognards de la finance courent toujours.

(photos : Stephanie Keith, Tina Fineberg, Jeff Prager)

Comme la semaine dernière, c’est en préparant la mosaïque du samedi que j’ai découvert la musique de lundi.

Voici donc Perla Batalla, une chanteuse latino-américaine, d’abord connue comme choriste de Leonard Cohen avant d’entamer une (brillante) carrière solo.

Son dernier album s’intitule Gracias a la Vida, et en voici la chanson éponyme.

Personnellement, j’aime mieux dire “merci à la vie” que “ça va comme un lundi”.