Bienvenue au 7 milliardième

, , , , , , , , , , , , , ,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15

Vous avez des chances d’être déjà au courant que le monde accueillera aujourd’hui son 7 milliardième habitant, selon les estimations de l’ONU, 12 ans seulement après qu’Adnan Nevic, un bébé né à Sarajevo, ait été désigné  comme représentant du six-milliardième habitant de la planète.

A cette occasion, les articles et les reportages fleurissent, comme les galeries photos sur Internet. Je pensais donc n’avoir aucun mal à trouver une ribambelle d’enfants nouveaux nés de tous pays à vous présenter.

Mais, la vie ne se passe toujours comme on croit.

De (trop) nombreux articles et reportages préfèrent s’affoler que se réjouir, se focaliser sur le catastrophisme que sur la chance, chaque fois renouvelée, que constitue chacun de ces humains qui nous rejoint. Certains allant même jusqu’à poser les questions existentielles qui se banalisent, de savoir si nous ne sommes pas trop nombreux ou s’il faut encore faire des enfants.

Pour répondre à ses malthusiens des temps modernes, j’ai failli intituler ce billet “Humains, trop d’humains” en leur conseillant le suicide comme remède à la surpopulation qui les angoisse plus qu’elle ne nous menace, en leur rappelant que les agronomes les plus sérieux considèrent que la planète pourrait nourrir jusqu’à 15 milliards de personnes, si… nous apprenons à enfin partager et à construire un monde plus équitable.

“Nous devons abattre les obstacles économiques, juridiques et sociaux de manière à mettre les femmes et les hommes et les garçons et les filles sur un pied d’égalité dans toutes les sphères de l’existence”, conclut l’ONU dans son communiqué de présentation de l’événement.

*

L’ONU n’a pas désigné à l’avance de ”gagnant” pour être le 7 milliardième, et plusieurs pays ont prévu d’annoncer que l’heureux élu a vu le jour chez eux. Pour ma part, je souhaite la bienvenue à tous les enfants du jour, qu’ils naissent (comme les enfants de la galerie du jour) en Allemagne, aux Etats-Unis, en Slovaquie, au Vietnam, en Chine, en Inde, au Pakistan, en Afghanistan, en Indonésie, au Kenya, au Mali, au Brésil, au Salvador, au Venezuela, au Honduras… ou partout ailleurs !

Et si vous souhaitez savoir à quelle place vous êtes arrivé vous même (3.131.574.123e en ce qui me concerne), on m’a donné l’adresse de cet excellent site mis en place par la BBC.

(photos Sean Gallup, Good Shepherd, Petr David Josek, Kham, Carlos Barria, Rajesh Kumar Singh, Insiya Syed, Adek Berry, Yusuf Ahmad, Schalk van Zuydam, Jonathan Hubschman, Marucia Kintschev, Luis Galdamez, Carlos Garcia Rawlins, Edgard Garrido)

Pour accompagner ce grand événement, j’avais envie d’une musique d’enfance.

J’ai trouvé, sur le site de la fondation Playing for Change, cette vidéo réalisée à l’école de musique et de danse de Tamale au Ghana.

Un petit moment de bonheur partagé.