Paix : attention fragile !

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14

Le prix Nobel de la paix attribué à des présidents en exercice porterait-il la poisse à la paix ?

Lors de la réception du prix 2011 pas Ellen Johnson Sirleaf, la président du Liberia, j’avais joint mes vœux à ceux de la “communauté internationale”. Un mois plus tard, jour pour jour, les nouvelle en provenance du Liberia ne sont pas paisibles.

Le second tour de l’élection présidentielle s’est déroulé hier, sans surprise, Ellen Johnson Sirleaf étant la seule candidate en lice après le retrait de son adversaire, Winston Tubman, qui a refusé de participer à un scrutin qu’il juge truqué et entaché de fraudes de la part de la présidente sortante. Et réélue…

Les manifestations d’appel au boycott de ce second tour par les partisans du Congrès pour le changement démocratique (CDC) ont été violemment réprimées par la police liberienne malgré la présence de la Mission des Nations unies au Liberia (Minul). Au moins deux manifestants ont été tués.

“Ce vote historique offre aux Libériens la chance de renforcer la démocratie, la paix, la prospérité et l’unité nationale dans leur pays”, a déclaré lundi le prix Nobel 2009, Barack Obama.

Ça semble aussi mal parti que la reconnaissance de la Palestine à laquelle a renoncé le président étasunien…

(photos Luc Gnago, Finbarr O’Reilly, Issouf Sanogo, Rebecca Blackwell, Abbas Dulleh)

Même si le CSA me fout une paix royale au sujet de la place et du temps que j’accorde aux différents pays, j’ai un souci d’équilibre.

Aussi, après OH Palestine par Reem Kelani hier, je vous propose un peu de blues israélien avec Lazer Lloyd, guitariste inspiré et religieux, qui navigue entre Talmud et 6 cordes…