Mères en marche

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20

Chaque année, plusieurs milliers de migrants (350.000 selon certaines sources) traversent le Mexique en espérant atteindre les Étas-Unis pour y vivre une vie meilleure. Je vous avais déjà proposé en début d’année un reportage photo sur ces voyageurs au long cours et à l’espoir infini.

Des milliers d’entre eux échouent en route, victimes d’enlèvements, de violences, y compris sexuelles, d’extorsion de fonds, commis le plus souvent par des bandes criminelles, mais parfois aussi par les “autorités”.

C’est sur la trace de ces disparus que s’est mise en marche au début du mois de novembre la caravane des mères de migrants (Caravana Madres of Migrantes), un groupe de 33 femmes d’Amérique centrale (28 du Honduras, 4 du Nicaragua et 1 du Salvador), dans l’espoir de retrouver un signe de vie de leurs enfants, mais aussi pour alerter les autorités mexicaines, et ouvrir les yeux de la population.

Leur périple devrait s’achever le 13 novembre prochain dans l’état du Chiapas.

Souhaitons-leur un meilleur voyage que fut celui de leurs enfants.

(photos Ronaldo Schemidt, Bernardo Montoya, Demian Chavez,DR)

De l’Amérique centrale à celle du Sud…

Des années 80 à aujourd’hui, le clarinettiste et chanteur Daniel Melingo, personnage “situé entre Tom Waits, Paolo Conte, Nick Cave et Corto Maltese”, est passé du punk au tango et de Madrid à Buenos Aires (dont il est originaire). Son nouvel album, Corazón y Hueso, vient de sortir mais aucune vidéo n’en est encore disponible. Qu’à cela ne tienne, je vous ai trouvé un beau moment capté en live, No sé nada.

Solo sé que no sé nada. Je sais seulement que je ne sais rien…