Revival seventies

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16

La Grande-Bretagne a décidé hier de fermer son ambassade à Téhéran, saccagée mardi par quelques dizaines de manifestants qui ont débordé les forces de l’ordre iraniennes. La Grande-Bretagne a d’autre part exigé la fermeture de l’ambassade d’Iran à Londres… sous 48 heures.

Ce répit permettra aux diplomates iraniens d’être moins gênés par la grève d’ampleur qu’ a connu la fonction publique britannique hier. Deux millions de fonctionnaires ont cessé le travail à l’appel de 30 syndicats pour protester contre la réforme des retraites qui réduit leurs pensions, tout en augmentant leurs cotisations (de 50%) et l’âge du départ à la retraite.

Air connu.

Les fonctionnaires anglais entendaient également dénoncer les mesures de casse imposées aux services publics sous prétexte de plan de rigueur destiné en priorité à sauver les banques et “rassurer les marchés”.

Air connu (bis).

Parmi les mesures du plan d’austérité lancé en début d’année par le gouvernement de David Cameron, la suppression de 150.000 emplois du service public, sur un total de six millions, provoque colère et inquiétude, même si elle flatte (provisoirement) l’opinion publique.

A propos, les Iraniens ont-ils aussi des soucis de rigueur pour n’avoir pas mis suffisamment de policiers à la disposition des diplomates anglais ?

Si l’attaque de l’ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran rappelle celle des Etats-Unis en 1979, c’est aussi à 1979 qu’il faut remonter pour voir autant de grévistes dans une Grande-Bretagne thatchérisée…

(Photos DR, Adriann Dennis, Suzanne Plunkett, Dan Kitwood, Paul Hackett, Ben Stansall, Toby Melville)

Je sais, London Calling n’est pas vraiment une nouveauté et je vous l’ai déjà passée. Mais c’était il y a deux ans et quand on parle de 1979 à Londres, j’ai comme des relents d’évidence.

Et puis ça fait du bien à écouter, même si ce sera trop rock pour certains.