Voile électoral

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11

A deux semaines des élections régionales dans l’Etat de l’Uttar Pradesh, la commission électorale a donné l’ordre de recouvrir d’un drap les statues érigées par Mayawati Kumari a son effigie, ainsi que les celles représentants des éléphants – le symbole de son parti, le Bahujan Samaj Party (BSP), sous prétexte qu’elles risquaient d’influencer l’électorat de cet état le plus peuplé (et l’un des plus pauvres) d’Inde.

La “reine des dalits” dirige cet état depuis 1995, grâce à sa personnalité frisant la mégalomanie et quelques arrangements électoraux.

Si vous voulez en savoir plus, je vous renvoie aux deux articles français qui évoquent cette information (ici ou ).

Pour ma part, je suis resté un moment songeur devant ces images, me demandant si le conseil constitutionnel va demander que soient voilés chez nous les nains de jardin…

(photos : Naresh Sharma, Tsering Topgyal, Sanjay Sonkar, Pawan Kumar, DR – Dessin : Keshav)

Vous aurez peut être remarqué que ce blougui conserve en ce début d’année une certaine distance à l’actualité… J’ai zappé en effet la grève au Nigeria, les promesses de Bachar al Assad de frapper “les terroristes d’une main de fer”, le record de construction de 2011 dans les colonies juives, les nouvelles révélations sur le génocide rwandais, la poursuite du procès de Moubarak, l’alerte au tsunami en Indonésie…

Entre autres.

J’ai esquivé aussi les gesticulations de l’Iran dans le détroit d’Ormuz.

Mais, coïncidence, c’est un artiste irano-américain que je vous propose de découvrir aujourd’hui. Une trouvaille de hasard, encore, alors que j’avais aussi du mal avec le redémarrage de la programmation musicale.

Une belle coïncidence que ce Fared Shafinury (فرید شفیعینوری), un intéressant mélange d’influences musicales et un beau clip pour illustrer Matarsak (Épouvantail) extrait de son album Behind the Seas.