Sport ou démocratie ?

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14

Alors que le printemps arabe semble bien moins à la mode médiatique que l’an passé, des irréductibles tentent toujours de conquérir un peu plus de démocratie.

Les événements hexagonaux de la semaine dernière ont écarté de nos écrans ou de nos journaux les tueries syriennes qui se poursuivent “tranquillement” et qui relèguent encore en arrière-plan les manifestations un peu plus à l’est, comme au Yemen ou à Bahreïn.

On risque d’en entendre un peu plus parler puisque, comme l’an passé, le grand prix de Formule 1, prévu pour se dérouler le 22 avril, risque d’être annulé. Après les manifestations de vendredi, au cours desquelles deux personnes ont trouvé la mort après avoir inhalé des gaz lacrymogènes, une nouvelle manifestation s’est déroulée samedi pour demander une nouvelle annulation.

Ils n’ont pas été entendu et ont reçu la même réponse policière que la veille. Il faut dire que le royaume a déjà payé les 40 M$ (30,3 M€) que lui réclame la fédération de F1 pour aller faire son cirque là-bas et que Bernie Ecclestone n’a aucune intention de rembourser cette somme en cas d’annulation.

Les impératifs “sportifs” priment sur les besoins démocratiques… Et puis un bon spectacle à 107$ la place (minimum) ça calme toujours la populace !

*

La dernière image de l’homme au fauteuil n’a pas été prise samedi mais mercredi dernier, lors d’une autre manifestation encore. Mais je la trouvais trop belle pour vous en priver…

(photos : Hasan Jamali, Ahmed Jadallah)

Dans le genre spectacle qui calme les masses, le Concours Eurovision de la chanson va connaître sa 57e édition le 26 mai en Azerbaïdjan.

Je ne vous présenterai peut être pas tous les participants d’ici-là, mais les grand-mères (elles ont toutes plus de 70 ans) de Buranovskiye Babushki, qui représenteront la Russie, valent le détour.