Linge sale en famille

Slide 1

Lors de ma récente visite de Jérusalem, je n’ai été touché ni par la grâce ni par un quelconque syndrome spirituel. J’ai juste été saisi par le doute de voir ces trois religions qui partagent le même Dieu sans parvenir à partager la même foi et la même terre.

Concernant les chrétiens plus particulièrement, j’ai été atterré (comme souvent) par le contraste entre la pauvreté de la vie de leur messie et le message qu’elle lui a inspiré (“Heureux, vous les pauvres : le royaume de Dieu est à vous !”) et l’opulence ostentatoire dans laquelle se vautre lamentablement leur clergé.

Bref.

De retour dans mon pays et à des sources d’information plus quotidiennes, j’ai fait le lien entre cette pitoyable et encombrante richesse et le vatileaks qui secoue en ce moment cette secte dévoyée.

Sans la photographie ci-dessus, qui m’a sauté aux yeux en parcourant la galerie de confrères, je n’en aurais peut être même pas parlé.

Et au final, je n’ai pas grand chose à ajouter. Sinon qu’en plus de m’être fait piquer mon titre par Le Point, je constate – sans grande surprise – qu’au Vatican comme ailleurs sur la planète macho, ce sont les femmes qui se coltinent l’entretien du linge. Sale ou pas !

Bref.

Heureuses les femmes soumises, elles seront dispensées de repassage …

(Photo : Filippo Monteforte)

Je pourrais enchainer facilement en vous disant que Carla Pires a une voix divine.

Cette nouvelle prétendante au titre de meilleure chanteuse de fado moderne a pour elle d’avoir incarné le rôle d’Amalia Rodrigues au théâtre. Ce qui lui a valu une certaine notorité au Portugal. Avec la sortie de son premier album international, Rota das Paixões, parions que le succès va rapidement se mondialiser.