Sur le fil

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8

Il y a des jours où…

La maintenance quotidienne de ce blougui me demande plusieurs minutes, voire plus d’une heures, de travail quotidien (je sais, c’est une tautologie). A tel point que si mon employeur s’intéressait à ce que je fais en dehors de mon “travail”, il se demanderait où je trouve tout ce temps et s’inquiéterait peut être pour ma vie personnelle.

“Que de talents cachés !”, me disait récemment l’une de mes responsables en apprenant que j’allais participer aux 24 heures d’écriture (voir vendredi et samedi derniers). “Que de talents gâchés…”, ai-je oublié de lui répondre.

Bref.

Hier, je n’avais que peu d’envie de consacrer trop de temps à vous concocter une de ces séries dominicales qui demandent encore plus de temps de recherche, de classement, de légendage, de tri, etc. Et puis il faisait beau… Enfin !

Ce blougui ne tient parfois qu’à un fil, ténu.

Et à propos de fil, j’ai trouvé une puis plusieurs photos de Nik Wallenda.

Ce jeune funambule étasunien est “entré dans l’histoire” en accomplissant vendredi soir la traversée entre les États-Unis et le Canada, en 30 minutes, à 60 mètres au-dessus des chutes du Niagara

« L’impossible n’est pas si impossible si vous y croyez », a-t-il commenté à son arrivée.

Et vous, vous croyez à quoi ?

(photos : Frank Gunn, Mark Blinch, John Moore, Mike Cassese)

Pour le supplément dimanche non plus, je n’avais pas beaucoup de temps ni d’inspiration. Mais j’ai eu la chance de retrouver Man On Wire en ligne.

Si vous avez le temps, dégustez donc ce docu-fiction qui retrace la traversée mémorable, en 1974, d’un autre funambule, Philippe Petit, entre les deux tours du World Trade Center aujourd’hui disparu.

Man on Wire

Exploit impossible à rééditer…