Corrigé du bac

, , , , , , , , , ,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11

Est-ce une conséquence inconsciente de la récente élection présidentielle française et du débat autour du travail – vrai ou faux – qui l’anima ?

Parmi les 6 sujets soumis hier à la réflexion des candidats au bac, deux traitaient du travail :

  • Travailler, est-ce seulement être utile ? (bac ES)
  • Que gagne-t-on en travaillant ? (bac L)

Hier justement, en cherchant les photos d’aujourd’hui, je suis tombé sur une galerie chez Reuters, intitulée sobrement “The Lost generation” qui présente tout aussi sobrement quelques jeunes diplômés au travail à travers le monde :

  • Terence Kamanda, serveur, est diplômé en marketing du London Chamber of Commerce Institute College au Zimbabwe.
  • Sofiane Moussaoui, serveur, est titulaire d’une maîtrise en finance d’entreprises.
  • Almin Dzafic, serveur, est diplômé en génie civil.
  • Daria Vitasovic, gérante de bar, est diplômée en philosophie et sciences des religions.
  • Wael Abo El Saoud, fermier, est diplômé de l’université, option commerce.
  • Tania Leon, hôtesse de l’air, est psychologue diplômée.
  • Jessica Mazza, serveuse a un diplôme d’arts plastiques et un autre en gestion d’entreprises.
  • Manolis Ouranos, cuisinier, est diplômé en génie civil.
  • Francesca Baldi, bonne d’enfant, a un doctorat en littérature et en philosophie.
  • Karl Moi Okoth, vendeur de fruits et légumes et diplômé en psychologie.
  • Marcin Lubowicki, manager de fast-food, a un diplôme de langue russe…

La série étant datée de vendredi dernier, j’espère que quelques candidats auront eu l’occasion d’en voir les images avant de traiter les deux sujet avec une facilité déconcertante : Travailler, est-ce seulement utile pour gagner un diplôme sans emploi à la clef et pour finalement gagner un salaire de misère dans un job sans rapport avec ses années d’études ?

Les candidats bacheliers pouvaient agrémenter ce propos par une partie sur les 75 millions de jeunes au chômage dans le monde et une autre sur les 100 à 200 millions d’enfants travailleurs à travers le monde.

Les plus audacieux (les plus lucides) ont-ils osés dénoncer ces sujets cyniques proposés à leur réflexion de génération perdue par la génération précédente ?

(photos : Yannis Behrakis, Miguel Vidal, Lucy Nicholson, Alessandro Bianchi, Noor Khamis, Dado Ruvic, Zohra Bensemra, Antonio Bronic, Rogan Ward, Peter Andrews, Amr Abdallah Dalsh)

Quand je lis Lost generation, je pense instantanément à Elliott Murphy qui titra ainsi son deuxième disque en 1975.

Trente-sept ans plus tard, le plus talentueux “loser” du rock and roll poursuit son bonhomme de chemin et vient de commettre son 44 ou 45e disque, sobrement intitulé Elliott Murphy, avec à la clef un vrai beau clip video pour la chanson Counterclockwise, réalisé par le réalisateur français Ronan :