Je suis un homme libre

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21

“Vouloir être de son temps, c’est déjà être dépassé”, a écrit Eugène Ionesco quelque part et sans doute pas directement sur la façade du théâtre où j’ai lu cette phrase jadis.

Vouloir suivre l’actualité, c’est pareil.

Tout va tellement vite, les informations nous parviennent tellement de toutes parts, les nouvelles se renouvellent à une telle vitesse… Et encore je n’ai aucun compte sur aucun réseau social qui m’inonderait davantage.

Pour alimenter quotidiennement ce blougui, je fais un peu comme pour la chasse aux champignons ou aux spectacles dans un festival de rue : j’y vais au pif et au gré du vent, en faisant confiance à deux trois pistes connues.

Bref.

Toute cette longue introduction pour simplement vous dire que j’ai complètement raté le premier Festival N°6 qui se déroulait ce week end à Portmeirion.

“Un festival pas comme les autres dans un lieu comme aucun autre”, proclame la devise de ce festival dédié au plus célèbre des prisonniers qui se déroulait donc vendredi, samedi et dimanche sur les lieux de tournage de la plus cultissime des séries, c’est à dire Le Prisonnier.

Mouais. J’ai comme un doute sur la notoriété du Prionnier et de Patrick McGoohan auprès des jeunes générations. Dommage. Il y aurait sans doute quelque chose à apprendre de cet espace surveillé où les questions restent sans réponses, où chaque fait et geste et surveillé, où tout le monde vit avec le sourire aux lèvres mais avec la peur au ventre, où le rôdeur ramène à la raison et sur la berge ceux qui veulent s’évader, où le pouvoir est aux mains d’on ne sait qui, où le réseau social n’est qu’une façade…

Je m’emballe peut être. Tout ça n’est finalement qu’une vieille série de la fin des années 60. Tout va bien en 2012.

Au fait, avant d’incarner le N°6, Patrick McGoohan refusa le rôle de James Bond dans James Bond 007 contre Dr. No, pour cause d’incompatibilité du personnage avec ses critères moraux. Euh, critères moraux, en 2012, ça vous cause ?

Bonjour chez vous !

(photos : Christopher Furlong, Antony Swiderski, DR)

Programme musical somptueux pour la première édition du Festival N°6, avec New Order en tête d’affiche. La vidéo du concert n’est pas encore disponible sur Internet, mais comme j’ai trouvé une reprise d’une des plus célèbres chanson du groupe réalisée à Portmeirion même en prélude au festival, je vous offre une mini mosaïque du … mardi avec  Blue Monday.

Et en bonus, je vous offre une sacrée reprise de All you need is love, par 156 groupes dans autant de pays, dont les aficionados du N°6 seront bien les seuls à comprendre ce qu’elle fait là.