Un mur de plus

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20

Ils ont commencé par dérouler des barbelés, mais comme ça ne suffisait pas, ils ont apportés des blocs de béton. Et ainsi, ils ont encerclé le palais présidentiel pour éloigner la foule d’opposants qui … encerclait le palais. Pour protéger le président Mohamed Morsi ( محمد مرسي) du peuple qu’il est censé représenter.

Un mur pour réconcilier un président et son peuple : quelle trouvaille ! Et comme ça ne suffisait pas, ils ont érigé une deuxième puis une troisième barrière. Pas sûr que tous ces efforts de maçonnerie suffiront à construire l’Egypte de demain.

Aujourd’hui les manifestants ont prévu de revenir. Les militaires construiront-ils une quatrième enceinte ?

(photos : Nasser Nasser, Petr David Josek, Gianluigi Guercia, Hassan Ammar, DR)


“Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts.” Cette phrase d’Isaac Newton fait partie de ma petite anthologie personnelle de citations. Et elle est si souvent d’actualité…

Bref.

Pour un de ses derniers concerts à emporter, Vincent Moon est allé filmer à Kiev. Désespéré de se mettre quelque chose sous la dent (dans l’oreille), il a entendu parler “d’un groupe au nom imprononçable [dont son interlocuteur lui] dit très justement que ‘c’est d’un pont qu’il s’agit, entre hier et demain, pour les jeunes gens d’aujourd’hui’.”

Voici donc Dakha Brakha, dont le nom signifie “donner/prendre” en vieux dialecte ukrainien.