Une couche de vernis

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14

A la veille de son investiture en deux temps (dimanche dans l’intimité de la Maison blanche et lundi en public au Capitole), Barack Obama, s’est rendu à l’école Burrville Elementary School de Washington, à l’occasion de la Journée nationale du bénévolat (National day of service).

Un peu de travail manuel tous les 4 ans, pour un type qui se grille chaque jour les neurones en pensant à comment sauver le monde, son pays et le capitalisme si possible, ça ne peut pas faire de mal. Mais une petite couche de vernis sur une étagère, comme symbole politique pour son prochain mandat, si je peux me permettre, c’est limite…

Dans le genre symbolique, le couple présidentiel s’est rendu trois jours plus tôt, mercredi 16 janvier donc, au Browne Education Center pour aller peindre sur les murs deux citations de Martin Luther King à l’occasion d’une autre Journée nationale qui lui est consacrée chaque année : le classique “I have a dream” pour madame, le moins connu “The time is always right to do what is right” de la main gauche pour monsieur…

C’est sur la bible du même Luther King (de droite ou de gauche ?) que doit prêter serment Barack Obama. L’ouvrage a été tout récemment restauré : on espère que le “nouveau président étasunien” n’aura pas de trace de peinture ou de vernis sur les doigts. Ça arrive quand on manque d’habitude…

(Photos : Pete Souza, Jewel Samad, Susan Walsh, Mike Theiler, DR)

Côté musique, je vous épargne le Kid’s inaugural concert auquel assistaient samedi soir mesdames Obama et Biden (mais je vous mets quand même le lien vers la vidéo pour ceux qui voudraient voir de quel latex s’est affublée cette fois-ci Katy Perry)

Bref.

Alors que son pays est entré dans une guerre de “libération”, Fatoumata Diawara a réuni quarante des plus belles voix du Mali pour enregistrer une chanson intitulée Mali-Ko (La Paix).