A qui le tour ?

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16

Une solution “durable, pérenne et dans l’intérêt de l’économie chypriote”. C’est ainsi que Christine Lagarde, directrice du FMI, a présenté le plan de sauvetage de 10 milliards d’€ accordé à Chypre en échange d’une taxation “exceptionnelle” des dépôts bancaires qui devrait rapporter 6 milliards…

On est bien loin des quelques centaines de milliards versés dans les plans de sauvetage successifs de la Grèce et aux dizaines dont ont “bénéficié” l’Irlande, le Portugal ou l’Espagne.

Pour mettre au point les détails de cette mesure de coresponsabilisation (j’ai adoré l’expression employée hier soir sur France Inter…) les banques chypriotes devraient rester fermées jusqu’à jeudi prochain, le temps de savoir qui devra payer plus ou moins et comment cette entourloupe sera vendue : sous forme d’actions, d’obligations, d’emprunt…

En attendant, les citoyens oscillent entre panique – en se ruant sur les distributeurs pour retirer leur argent avant la taxe – et colère – en manifestant dans les rues de la capitale Nicosie, avec des bannières en allemand et en anglais pour bien se faire comprendre des “dirigeants” européens.

Question colère, je ne sais pas. Mais la panique a gagné les “marchés”, les indices boursiers étant en repli sur la plupart des places financières (je cause bien le sabir de la finance non ?). Comme quoi, on est en droit de se dire que la spéculation sur les économies a dû profiter à quelques uns à un moment donné…

Parmi les pancartes polyglottes des chypriotes, on peut en lire une qui demande “A qui le tour?” Il est vrai que les réjouissances n’ont aucune raison de se limiter à 5 pays de la zone euro (sur 17) et que, vu que les véritables responsables de la crise financière qui secoue l’Europe depuis maintenant 5 ans bénéficient toujours d’une impunité bienveillante, la fête peut continuer…

A propos, qui affirmait il y a un peu plus d’un an : “Mon adversaire, c’est le monde de la finance” ? Je ne citerai aucun nom car il est, paraît-il, malséant de proférer des “propos outranciers et [des] attaques sur la personne du Président de la République”.

(photos : Petros Karadjias, Neil Hall, Patrick Baz, Yiannis Kourtoglou)

“Connais-tu ça”, m’a demandé une fidèle lectrice ce week-end en m’adressant le lien vers cette vidéo.

Bien sûr que je connais Daniel Melingo, dont j’ai eu la chance d’assister à deux de ces concerts deux soirs de suite aux Escales de Saint-Nazaire. En 2009 déjà, m’a permis de me souvenir une rapide recherche sur Internet qui pallie ma mémoire défaillante.

Bref.

Même s’il est déjà passé par ici, c’est un plaisir de retrouver encore Daniel Melingo !