Pureté et lumière

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5

Une semaine après Pâques, il fait un temps de Toussaint. Il n’y a plus de saisons, Laïho, Laïho ! aurait pu chanter Fred.

J’en étais là de mes considérations météorologiques, lorsque je tombe sur la première image de la série du jour : la Toussaint !

Sauf que ça se passe en Chine, que là-bas ça s’appelle Qing ming (清明) et que c’est d’abord l’une des vingt-quatre périodes solaires chinoises avant que d’être le jour de nettoyage des tombes.

Quand même. Toutes ces couleurs, ça vous change du camaïeu jaune-brun des chrysanthèmes.

(photos : Jason Lee, DR)

Même si je n’ai aucun projet de mourir dans l’immédiat, j’aimerais bien moi aussi que ce soit au printemps…

Peut être plus encore que de Marie Laforêt ou de Petula Clark, j’ai été amoureux de Brel. A peine plus tard et d’un amour différent. Mais y a-t-il vraiment des amours différents ou n’inventons-nous les nuances que pour nous préserver ? De quoi ?

Bref.

Voilà quatre chansons que la mort traverse.

  1. Fernand
  2. Le Moribond
  3. Le Tango funèbre
  4. A mon dernier repas

Je vous aurais bien proposé aussi Vieillir, mais à son dernier disque, Jacques Brel s’était depuis longtemps éloigné de la scène et des caméras.

Et à propos de caméra, après avoir (trop tôt) quitté la scène, Brel a tourné deux films comme réalisateur, dont Franz illustré de cette magnifique chanson : L’Amour est mort… que j’ai (re)découverte hier soir avec émotion.

Mais tout passe.

Passez un bon week-end.