Les morts ont-ils tous la même peau ?

, , ,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4

Hier matin, alors que je guettais pour vous les images du monde, la radio m’a informé de la double explosion qui avait provoqué 3 morts et plus de 100 blessés, lundi, sur la ligne d’arrivée du marathon de Boston. Photo N°1.

Au même moment, s’affichait sur l’écran de mon ordinateur la photographie N°2. Elle a été prise dimanche, à Mogadiscio, où 34 personnes sont mortes dans deux attentats quasi simultanés, revendiqués par les islamistes shebabs, dont 9 seraient morts également dans l’opération.

Hier soir, alors que j’écrivais cet article, une autre radio – après un long reportage à Boston – a évoqué d’une phrase cet attentat de dimanche en Somalie, ainsi que ceux en Irak (photo N°3) ou au Pakistan (PhotoN°4), donnant un bilan global des morts et blessés des trois pays. Sans même évoquer ce nouvel attentat suicide qui venait de se produite à Peshawar.

Loin de moi l’idée de peser les morts et de pleurer davantage la disparition d’un Somalien, d’une Irakienne ou d’un enfant pakistanais, que celles de trois Étasuniens. Mais au delà de la banalisation des explosions qui secouent ces pays instables, je ne peux chaque fois m’empêcher de m’indigner contre cette survalorisation de cette grande “puissance”, dont l’impuissance à gérer ses crises – financières, politiques, morales – entraîne le monde dans son sillage. Avec toute la fascination de rigueur à chaque fois que le géant est touché dans sa chair.

Et je ne peux m’empêcher de penser au passage que certains de ces attentats sans intérêt, en Irak, en Somalie ou au Pakistan où déborde de plus en plus la “guerre” afghane, ont  à voir avec la crise diplomatique étasunienne.

(photos : Boston Globe, Feisal Omar, Khalid Mohammed, A Majeed)

A Boston comme à Mogadiscio, au Nord comme au Sud, avec un compte secret à Singapour ou un découvert à la Caisse d’Épargne, nous sommes tous dans le même bateau. Bien précaire, comme celui dans lequel ont pris place les membres du skaZka Orchestra pour nous présenter leur dernier clip :

Il va peut être falloir songer à une mutinerie…