Ça peut arriver à tout le monde

Slide 1

Et si la seule chose à faire dans certaines situations était de ne rien faire. Et d’attendre que ça passe.

C’est le clin d’œil que j’ai reçu de cet homme, allongé pour la sieste dans son village de Khvoensk, quelque part à 300 km au sud de Minsk.

Cette photographie, prise dimanche dernier alors que les inondations printanières touchaient la région, me permet aussi de ne pas vous laisser une page blanche pour le 1497e billet de ce blougui.

Ce n’est pas si facile de penser à vous tous les jours. Et aujourd’hui, c’était limite…

Bon, je vais aller me coucher. Dans le sec.

(photo Viktor Drachev)

A vu de nez sur googlemap, à peine 300 autres kilomètres séparent Khvoensk de Tchernobyl. Mais la vraie raison de cette transition acrobatique c’est que La Femme passait à la radio au moment où je cherchais vite fait une musique. On parle beaucoup de ces jeunes Français ici ou là… On en aura aussi fait part sur abcdetc.

Bon. Allez, dodo !