Tout (tous) éclaboussés

Slide 1
Slide 2

Pour le coup, je pense que je ne vous apprendrai rien.

Depuis 3 jours, les médias nous le répètent en boucle. En boucle et en copier-coller, puisque hier, au moment de préparer ce billet, google me renvoyait 663 liens avec ce même titre : “A Fukushima, 300 tonnes d’eau contaminée se déversent chaque jour dans le Pacifique.

Vous voici donc informés.

Mais il m’arrive de ne pas bien me rendre compte et je ne parvenais pas à imaginer ce que représentent 300 tonnes d’eau.

N’ayant pas à disposition Richard et ses talents mathématiques, je me suis débrouillé avec mes connaissances basiques et mes souvenirs du système métrique. Le litre découle du mètre puis le kilo du litre. Ou autrement dit, un mètre cube d’eau représente 1000 litres et pèse 1000 kilos. Soit une tonne. Il suffit de multiplier ça par 300.

Facile à dire, mais pas plus à me le représenter. Et vous ?

C’est alors, que de calculs d’arithmétique en souvenirs d’enfance, j’en suis arrivé à penser aux baignoires. En passant par le robinet, bien sûr. Il ne me restait plus qu’à trouver, grâce à Internet et les sites de bricolage, la contenance moyenne d’une baignoire. Pour me simplifier les calculs, j’en ai choisi une de bonne taille et d’une bonne contenance : 200 litres. Si vous suivez toujours, il nous faut donc 5 baignoire pour y vider notre mètre cube et donc 1500 pour écluser nos 300 tonnes…

Si j’ai bien compris les infos, Tokyo Electric Power (Tepco) manque de baignoires. Ou de fiabilité. Ou les deux…

Je n’y peux rien. Mais lancé sur les associations d’idées, j’ai retrouvé une (puis deux) photos prises à Kesennuma le 14 avril 2011, soit trois jours après le tsunami qui n’en finit pas de polluer le Pacifique.

Si vous les regardez pendant 25 minutes, vous aurez l’impression d’avoir vu défiler 1500 baignoires. Je sais, vous ne le ferez pas. C’est dommage, ça a presque le même effet apaisant qu’un bain. Et on a bien besoin d’apaisement par les temps qui courent…

(photos : Yasuyoshi Chiba)

En trouvant le titre du jour, je pensais à Robert Charlebois. Sauf que la chanson (et le clip qui l’accompagne…) s’appelle Tout écartillé.

Bref.

Après ça, je vous laisse sur votre faim ou aller voir la mosaïque Marie Laforêt.

Et je me garde la transition pour une autre fois.