Patates et café

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21

Il y maintenant deux semaines que les paysans colombiens se sont mis en grève pour protester contre les importations d’aliments en augmentation massive suite à l’accord de libre-échange avec l’Europe et les Etats-Unis et aussi contre l’augmentation du coût des semences et des engrais.

Loin de se calmer, la révolte a gagné d’autres secteurs du pays : routiers, syndicats miniers, étudiants, qui tous ont une bonne raison de protester contre le régime du président Juan Manuel Santos.

Jeudi dernier, des milliers de manifestants ont investis les rues dans une cinquantaine de villes du pays, comme à Bogotá, où quelques étudiantes semblent s’être inspirées de Femen. La couleur a même gagné les policiers, malgré eux.

Mais devant les débordements en marge de la manifestation dans la capitale, le président a décidé de déployer l’armée. 50.000 soldats ont donc été envoyé dans tout le pays pour rétablir l’ordre. “Il est inacceptable que les actes de certains affectent gravement la vie de la majorité”, a justifié le président Santos vendredi à la télévision nationale.

Soyons honnête, je ne pense pas qu’il parlait des seins nus de quelques étudiantes, mais des heurts, pillages et autres affrontements dans la capitale, qui ont provoqué près de 150 blessés et conduit à plusieurs arrestations.

Pour rassurer les lecteurs hexagonaux, les paysans en grève sont essentiellement ceux ce pommes de terre, pas de café !

(photos : Luis Acosta, Luis Robayo, Fernando Vergara, Fernando Vergara, Guillermo Legaria, John Vizcaino, Jose Miguel Gomez, Eitan Abramovich)

Je n’oublie pas que cette semaine c’est la rentrée des classes. Demain pour les enfants auxquels je continue de m’identifier avec une certaine empathie et sans nostalgie, aujourd’hui pour leur professeurs qui ne sont pas tous irrécupérables, puisque certains lisent même abcdetc.

Bref. Un peu de douceur pour ce moment particulier, avec Agnès Obel.

Trois ans après Philharmonics, son superbe premier album, la plus tendre des musiciennes danoises annonce son deuxième opus, Aventine, pour le 30 septembre, et nous en délivre quelques petites touches sur son site, dont ce tout doux The Curse.