Liberté surveillée

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8

Nasrin Sotoudeh a été libérée mardi après trois ans d’incarcération.

L’avocate et militante des droits de l’homme purgeait une peine de six ans d’emprisonnement pour “atteinte à la sûreté nationale et propagande contre le régime” ce qui, en Persan, est la traduction de défense de militants politiques qui, en 2009, avaient contesté l’élection douteuse de l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad.

Cette libération est une des promesses de campagne tenues par le nouveau président iranien, Hassan Rohani, élu en juin dernier, qui cherche à témoigner de son désir d’apaisement, en matière de droits de l’homme comme de programme nucléaire ou de relations avec Israël.

L’avenir nous dira si ce désir est sincère et suivi d’effets. Pour le présent, Nasrin Sotoudeh a remis le foulard à son retour chez elle avant de sacrifier au rituel des photographies de retrouvailles. Les ayatollah, dont notamment Ali Khamenei, veillent encore et Hassan Rohani, comme Nasrin Sotoudeh, semblent en liberté surveillée…

(photos: Behrouz Mehri)

Orioxy est né de la rencontre entre Yael Miller, chanteuse et compositrice israélienne, et Julie Campiche, harpiste suisse, rejointes par Manu Hagmann à la contrebasse et Roland Merlinc à la batterie. Le groupe a remporté le grand prix du jury du tremplin jazz d’Avignon 2013, avant de partir pour une tournée qui passe demain par Lyon au Périscope.

On s’y donne rendez-vous ?