Aucun rapport ?

,

Slide 1
Slide 2

Jadis, bien avant que n’existe ce blougui – ici ou ailleurs – et même avant Internet, j’ai entamé et même terminé des études de journalisme. En cours du soir. Puis, pour garder la main, j’ai entrepris de rédiger des chroniques. Que je n’ai jamais réussi à vendre. Je ne suis pas sûr d’être un bon commercial.

Bref.

Ces chroniques avaient pour titre générique “Aucun rapport” et j’y traitais chaque jour deux sujets de l’actualité du monde, qui n’avaient vraiment aucun rapport, a priori, mais auxquels je finissais par en trouver un.

J’ai eu l’impression cette semaine de retourner plus de 20 ans en arrière, avant Internet, avec ces deux photographies du jour. Qui n’ont a priori aucun rapport.

Sur la première, prise le 17 novembre dans un village isolé au nord de Tacloban (Philippines), des hommes se précipitent sur les cartons d’eau largués par un hélicoptère américain.

Sur la seconde, prise le 19 novembre au stade de France à Saint-Denis (France), des footballeurs se précipitent vers leurs supporters après avoir gagné un match qualifiant leur pays pour la prochaine coupe du monde de football.

Aucun rapport n’est ce pas, sauf que les deux figuraient cette semaine à quelques images d’écart dans la sélection du Figaro. Mais entre des sinistrés affamés (et assoiffés) et des “joueurs” en extase et tellement étonnés d’eux-même, il y a comme un monde. Aux dernières nouvelles la Philippine n’est pas qualifié pour la coupe du monde (et s’en moque) et l’ouragan patriotique qui a traversé la France mardi soir après 23 heures n’a fait aucune victime.

J’ai juste été frappé d’une certaine ressemblance entre ces deux groupes d’hommes. Malgré tout ce qui les sépare. Et, cherchant une chute à ce billet, j’ai eu tellement de pensées qui m’ont traversées, sur les hommes qui naissent libres et égaux en droit mais qui sont tellement rattrapés d’inégalités à l’envers, sur le manque absolu et le superflu, sur la désolation et sur la joie, sur l’argent qui manque ou qui coule à flots, sur les instants multiples qui traversent nos vies, sur la terre qui poursuit elle aussi sa course autour du soleil, sur ces billets dérisoires de chaque jour.

Sur la chute absurde que je ne trouvais pas.

(photos : Damir Sagolj, Jean Marie Hervio)

Sur abcdetc, la musique vient toujours essayer d’adoucir les (hu)mœurs !

J’ai pensé à cette chanson pour ceux qui serait tenté par une confusion au sujet du titre du jour et seraient tentés d’y lire “Aucun rapport… sexuel” ; même si je ne suis pas bien sûr du rapport aujourd’hui entre sexe et amour…

Bref !

L’Anamour en mosaïque du samedi.

Par :

  1. Serge Gainsbourg
  2. Françoise Hardy
  3. Fred Blondin
  4. Emilie Simon
  5. Ivy
  6. Ego System