On ferme !

, ,

Slide 1

Ça s’est passé tellement près de chez moi. Et si loin des regards.

Un camp a été démantelé lundi dernier dans le quartier de Perrache, à Lyon.

360 demandeurs d’asile albanais, qui vivaient depuis l’été sous le pont autoroutier Kitchener, ont été évacués, en majorité vers Oullins où le maire et les commerçants ne veulent pas d’eux.

Le maire du 2e arrondissement, Denis Broliquier, a quant à lui exprimé son soulagement et déclaré à la presse que “le Grand Lyon va nettoyer sous le pont”.

“Et nous allons faire en sorte de l’aménager pour que cela ne se reproduise pas”, a-t-il ajouté. Il ne parlait ni du droit d’asile, ni du dispositif d’accueil des exilés, ni d’une société de plus en plus repliée sur elle même et nourrie de la méfiance de “l’autre”. Non. Il parlait juste du pont Kitchener.

(photo Cyril Villemain)

J’avais envie de partager avec vous ce court métrage du grec Yorgos Zois, Casus Belli, après avoir assisté sa projection dans le cadre du festival de court-métrage de ma ville.

Et en le revoyant après avoir écrit le billet ci-dessus, je trouve qu’il va bien avec l’actualité.