Amarsi?… Che casino!

Slide 1

Chez abcdetc, on a les mêmes contraintes que chez Claire Chazal ou chez David Pujadas : on ne peut pas parler de tout !

Je sais, j’ai déjà utilisé le même genre d’excuses il y a un mois tout juste, sous l’image du doudou des Philippines.

Et c’est ce même jour justement que j’avais zappé le sujet de la manifestation du mouvement No Tav le 16 novembre à Suse en Italie, contre le projet pharaonique (26 milliards d’euros de devis à l’heure actuelle) du TGV Lyon-Turin.

Et c’est la photo de Nina de Chiffre embrassant un policier sur son casque qui avait attiré mon attention sur cet événement. J’ignorais alors, comme mes confrères, le nom de cette jeune fille de 20 ans, mais j’avais alors autant admiré le panache de son geste que réprouvé ce policier sans aucun opportunisme ni aucune galanterie qui avait gardé sa visière baissée.

Le sens du devoir !

Mais les choses ne se sont pas arrêtées là. Et si l’on connaît aujourd’hui le nom de Nina de Chiffre c’est qu’elle fait l’objet d’une plainte pour agression sexuelle et insulte à personne représentante de la force publique”. Plainte déposé non par l’agressé lui-même mais par un syndicat de policier qui dénonce ce “geste irrespectueux” en expliquant : “Si le policier l’avait embrassée… mais cela aurait été la troisième guerre mondiale, doit-on accepter que l’on puisse faire ce genre de choses à un homme qui fait son devoir ?”

Ah, le sens du devoir…

Le jeune policier, Salvatore Piccione, a pour sa part déclaré sobrement que son uniforme l’obligeait à “ne pas réagir à la provocation”.

On a échappé à la troisième guerre mondiale et abcdetc a failli ne pas en parler ? Veuillez m’en excuser. Mais je crois avoir maintenant fait mon devoir.

Quant au titre du jour, il s’agit du titre italien du film plus connu chez nous sous le nom de Et la tendresse?… Bordel ! Mais j’ai cru comprendre que la traduction littérale en était : Aimer l’autre? … Quel gâchis! Sans commentaire.

(Photo : Marco Bertorello)

Aucun devoir de réserve chez Azam Ali & Loga Ramin Torkian. La chanteuse percussionniste et son chef d’orchestre multi-instrumentiste ont quitté l’Iran pour le Canada, avec leur jeune fils Iman, afin de trouver la paix et la plénitude. Leur dernier disque, Lamentation of Swans : A Journey Towards Silence, qu’ils ont composé en duo et en tête-à-tête, laisse entendre qu’ils ont trouvé ce qu’ils cherchaient.