L’année n’en finit jamais de commencer

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25
Slide 26
Slide 27
Slide 28

Dans ces temps de mondialisation triomphante, il reste quelques anachronismes. Notamment temporels.

Si j’admets que tous les pays n’adoptent pas la même heure et qu’il puisse être 18 heures en Haïti au moment où je termine ce billet à la dernière minute en France, les histoires de calendriers me donnent parfois le tournis. Ainsi qu’un certain doute sur la grande famille humaine.

Bref.

Avec quelques jours de retard, le monde orthodoxe, qui vit au rythme du calendrier Julien et non Grégorien comme nous, vient d’entrer dans sa nouvelle année. Quelques jours avant les Chinois qui ne sont même pas chrétiens…

A Vevcani, petit village de Macédoine de 2500 habitants qui s’est déclaré indépendant en même temps que le pays le devenait, on célèbre le nouvel an par un défilé déguisé, grimé et masqué, où les monstres rivalisent avant de jeter leurs accoutrements dans un grand brasier. Il paraît que cette parade de monstres permet de purger les mauvais esprits accumulés lors des 12 mois précédents. Il y a 1400 que ça dure, c’est donc que ça doit marcher.

N’empêche, un défilé de carnaval au mois de janvier, c’est pas ça qui va nous aider à nous y retrouver dans la temporalité. Mais ça donne une belle galerie du dimanche.

(photos : Boris Grdanoski, George Lichovski, Ognen Teofilovski, DR)

Et même si j’ai travaillé tard et terminé juste pour le dîner en Haïti, je vous ai quand même déniché un supplément dimanche. Signé Tim Burton. Voici donc le premier épisode de la série The World of Stainboy réalisée en Flash. Qui n’existe pas en VF, désolé.