Non traditionnel

, ,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4

“Les gens ont différentes orientations sexuelles. Nous accueillerons tous les sportifs et tous les visiteurs des jeux Olympiques.”

En entendant cette phrase du président russe, Vladimir Poutine, hier matin à la radio, je n’ai pu m’empêcher de faire du mauvais esprit : ainsi donc fétichistes de tous poils et pervers de tous acabits pourraient se rendre tranquillement à Sotchi ?

Mais j’ai lu un peu plus tard la suite de la déclaration du nouveau tsar des Russies :

“Une loi a été récemment adoptée interdisant la propagande, pas seulement de l’homosexualité mais de l’homosexualité et des abus sexuels vis-à-vis des enfants. Mais cela n’a rien à voir avec les poursuites contre les gens pour leur orientation sexuelle. C’est pourquoi les gens ayant cette orientation non-traditionnelle qui ont l’intention de venir soit en tant qu’invité soit en tant que participant aux JO, n’ont aucune crainte à avoir.”

J’adore le terme “non-traditionnelle”.

Bref.

Curieux de savoir comment on pouvait reconnaître l’orientation sexuelle non-traditionnelle d’un skieur en tenue, j’ai donc effectué quelques recherches pour illustrer cet article. La conscience professionnelle.

C’est comme ça que j’ai appris l’existence des Gay Ski Weeks, dont l’une des plus anciennes se déroule depuis dix ans dans la station suisse d’Arosa. Mais elle s’est terminée hier. Aussi, pour les lecteurs intéressés, j’en ai déniché deux autres, concurrentes, puisqu’elles se dérouleront toutes deux du 22 au 29 mars prochain : l’European Snow Pride à Tignes et l’European Gay Ski Week à l’Alpes d’Huez.

Ne m’y cherchez pas. J’ai peur d’attraper froid. Et y serai-je bien accueilli avec mon orientation sexuelle traditionnelle ?

(photos : DR – images de fond des sites, Alexei Nikolsky)

Aucun rapport avec ce qui précède. La neige est rare au Congo qui aura peu de représentants à Sotchi. Si l’homosexualité n’y est pas expressément interdite, tout acte ou offense “contre-nature” peut être passible d’une peine de trois mois à cinq ans de prison.Et l’histoire que raconte Niasony dans sa chanson Nasina est celle d’une jeune femme banalement séduite par un “lover boy” beau parleur.