Un vrai dilem(me)

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21

Fantôme, momie, ectoplasme… Farce, mascarade, comédie…

J’aurais pu en ajouter. Mais à quoi bon tirer sur une ambulance (ou un corbillard) ?

Les qualificatifs ne manquent pas pour dénoncer le triste spectacle proposé par les élections qui se déroulent aujourd’hui en Algérie et la sinistre démonstration de démocratie qu’elles offrent aux 23 millions d’électeurs appelés à choisir leur futur président. Qui risque fort d’être le même que le(s) précédent(s).

Victime d’un AVC et hospitalisé 3 mois en France l’an passé, le président fantôme a réussi une première (à ma connaissance) dans un pays démocratique : être candidat sans jamais apparaître en public. Et ses rares apparitions télévisées n’ont pas témoigné d’une forme olympique… Mais cette discrétion n’empêche pas Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, d’être annoncé comme grand favori pour décrocher un quatrième mandat de rang face à ses 5 adversaires. Elle ne l’a pas empêché non plus de dépenser 75 millions d’euros pour une campagne menée par procuration.

A quoi bon en rajouter ? Et comment parler d’un absent dans un blog où l’image est essentielle…

Dilemme…

Plutôt donc que de joindre ma voix au chœur confortable des opposants de l’extérieur, j’ai choisi de donner la parole à un des meilleurs opposants à Abdelaziz Bouteflika : le dessinateur Ali Dilem, qui propose inlassablement depuis plus de 25 ans ses caricatures aux lecteurs algériens (quotidien Liberté) ou aux spectateurs français (TV5 Monde), sans se soucier ni des menaces des islamistes ni de la “censure” du pouvoir qui lui a valu une cinquantaine de procès en diffamation et neuf années de prison, sans compter de nombreuses amendes.

Chapeau l’artiste qui continue de poser un regard incisif sur l’actualité de son pays et du reste du monde ! Un modeste hommage de la part de ce blougui tellement moins menacé.

(images : Ali Dilem – photos : DR)

Pour compléter ce billet, je vous propose deux des 33 clips de campagne postés sur sa chaîne youtube par … Abdelaziz Bouteflika lui même, qui a comme on le voit quelques loisirs.

Le tout premier, Taâhadna maâ al Djazaïr (Notre serment pour l’Algérie) qui réunit une quarantaine d’artistes en plein naufrage…

Le tout dernier, où les communicants se sont lâchés pour réaliser une vidéo de propagande qui fera école. Et que ma consœur Lina Trabelsi nous décortique savoureusement sur son blog.