Un trou de mémoire

Slide 1
Slide 2
Slide 3

Dimanche dernier, je n’ai pas parlé de la Fête des Mères. Normal. Je n’écris plus le dimanche. Et j’ai perdu ma mère. Enfin, disons qu’elle s’est perdue elle-même dans les méandres d’une mémoire qui s’effrite et retourne se réfugier vers le passé, atteinte de démence qu’on appelle plus politiquement correctement maladie d’Alzheimer, ce qui ne change rien à l’affaire. Comme les débiles ou les mongoliens dont s’occupait ma mère et qu’on doit aujourd’hui appeler malades mentaux ou trisomiques, ce qui ne change rien non plus. Ou comme l’infographie que les geeks d’aujourd’hui appellent datajournalisme. Mais ça, c’est une pique personnelle.

Comme ma mère, dont le souvenir me pique parfois les yeux.

Bref.

Si vous vous êtes parfois demandé à quoi ressemble un trou de mémoire (et même si la question ne vous avait jamais effleuré), j’ai le plaisir de vous en présenter un.

Ces photographies ont été prises au lendemain d’un incendie qui a ravagé, mercredi dernier 28 mai, tout un étage d’un hospice à Jangseong, à 300 kilomètres au sud de Séoul, en Corée du Sud. Si le feu a été maitrisé en une demi-heure, cela a suffit pour que 21 personnes trouvent la mort dans les flammes, la plupart des 80 personnes âgées accueillies dans l’établissement étant dans dans l’incapacité physique de se déplacer.

Selon les caméras de surveillance de l’établissement, l’incendie aurait été allumé par un octogénaire, souffrant lui aussi de la maladie d’Alzheimer. Kim (on ne connaît pas son nom exact) a été interpellé par la police. S’il est réellement coupable, il sera sans doute jugé irresponsable.

Le directeur de l’hospice,Lee Hyung-Seok, s’est excusé en se prosternant : “Je demande pardon pour ce terrible événement.”

Avait-il oublié qu’il n’en était pas responsable ? La maladie d’Alzheimer est-elle contagieuse ?

Et ne me traitez pas de fils indigne : dimanche dernier j’ai appelé ma mère. L’aide-soignante n’a pas réussi à me la passer… J’espère qu’il n’y avait pas le feu à la maison de retraite !

(Photos : Song Dae-wong, Ed Jones, Hyung Min-woo, Jang Duck-jong)

Pour tout vous dire, j’ai quand même oublié Charles Aznavour qui fêtait ses 90 ans le 22 mai dernier. Comme Shakespeare, oui. Sauf qu’Aznavour est toujours vivant. Et qu’il se débrouille moins bien en anglais.

Bref. She… Ce pourrait presque être une chanson de fête des mères.

  1. La chanson originale, avec cet accent si savoureux
  2. Sa reprise par le même Charles Aznavour, en français : Tous les visages de l’amour
  3. La reprise la plus connue, puisque c’est celle qu’enregistra Elvis Costello pour la BO de Coup de foudre à Notting Hill…
  4. La version italienne, Lei, par Francesco Renga
  5. Une traduction en hébreu, היא (qui se prononce hee), par Matti Caspi
  6. Et la même en espagnol par l’Argentin Palo Pandolfo
  7. Une variante en He par les Nolan Sisters
  8. Une reprise émouvante, au festival de Cannes en 2009, où le duo n’a pu se faire entre Bryan Ferry et Aznavour, pour cause de micro qui n’a pas marché…
  9. Et pour terminer en beauté, une réinterprétation par Jason Kouchak sur des images d’Audrey Hepburn !