Quelle époque ?

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20

Après un billet d’anticipation hier, abcdetc vous propose aujourd’hui un retour dans le passé. C’est dire que la ligne chronologique de ce blougui est aussi sinueuse que sa ligne géographique qui navigue au gré des pays, que sa ligne éditoriale qui continue de se chercher, de sa ligne idéologique qui hésite à se dire de gauche, où affirme toujours se trouver le PS, ou humaniste, quand émergent les néo-philanthropes et toujours milliardaires Bill Gates ou Warren Buffet, l’étrange successeur de Karl Marx dans le discours sur la lute des classes

Et je ne vous parle pas de la ligne physique de l’auteur, qui demeure du domaine privé.

Bref.

Retour vers le passé et plus précisément vers la guerre. Mais à quelques jours de la commémoration du débarquement, que je me refuse à appeler D-Day par esprit de résistance, il ne faut pas confondre : c’est de la Première Guerre mondiale qu’il s’agit. Eh oui, on arrive en plein centenaire et ça va commémorer à tout va. J’espère qu’au moins on oubliera pas Jaurès…

Le 4e festival Времена и эпохи (Le temps et l’époque) s’est déroulé ce week-end près de Moscou en présence de 250.000 spectateurs venus assister aux combats reconstitués par près de 2000 passionnés d’histoire et de guerre venus de Russie, mais aussi du Royaume Uni, d’Allemagne, de France, de Bulgarie, de Biélorussie, de Belgique, de Hongrie, de Pologne, de Slovénie, de République tchèque et même du Japon.

Une rencontre internationale pour une guerre mondiale : quel beau symbole, qui donne envie de supprimer les guerres pour les remplacer par des reconstitutions, bien plus sécurisées pour les civils même si moins lucratives pour les marchands d’armes, qui devraient se priver de 1750 milliards de dollars de chiffre d’affaires (chiffres du Sipri pour 2013).

Je sais bien que je ne suis pas réaliste. Mais que voulez-vous : c’est ma ligne optimiste, souvent vacillante, qui parfois ressurgit.

Mais ça ne dure pas toujours.

En cherchant les images du jour à partir de la requête “Times and epochs”, j’ai naturellement fait la connaissance du journal en ligne Epoch Times qui, depuis New-York, publie de l’information en 19 langues et dans 35 pays. Et c’est en cliquant un peu au hasard sur la page d’accueil de son édition russe, que je suis tombé sur cette vidéo.

Une reconstitution ? Non. Des images diffusées par le ministère ukrainien de la Défense (et visiblement fournies par Reuters …), qui ne dit pas où et quand a été tournée la vidéo. Mais elle ne date pas d’il y a un siècle…

Quelle époque !

(photos : Alexandre Dobrovolsky, Inna Kireyeva, Sergey Savastjanov, Vladimir Astapkovich, Maxim Zmeyev)

Et puisqu’on est partis dans la passé…

Pendant que j’écrivais ce billet, j’ai reçu sur ma boîte mail la newsletter d’un de mes marchands de musique avec, parmi les nouveautés de la semaine … Chrissie Hynde ! Près de 35 ans après Brass in Pocket, la sortie aujourd’hui de Stockholm, premier album solo de la rockeuse “pure et dure”, ne rajeunit personne !