Comme un cheval sauvage

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25
Slide 26
Slide 27
Slide 28
Slide 29
Slide 30
Slide 31
Slide 32
Slide 33
Slide 34
Slide 35
Slide 36
Slide 37
Slide 38
Slide 39
Slide 40
Slide 41
Slide 42
Slide 43
Slide 44
Slide 45
Slide 46
Slide 47
Slide 48
Slide 49
Slide 50
Slide 51
Slide 52
Slide 53
Slide 54
Slide 55
Slide 56
Slide 57

Comme un lion en cage… C’était hier ma sensation du moment.

Et puis les chevaux sont arrivés par vagues. Dans chacune des galeries de mes confrères que je consulte pour prendre des nouvelles du monde en images et trouver l’inspiration.

Des chevaux sauvages, que les hommes (et quelques femmes) du village de Sabusedo, à environ 40 km de Saint-Jacques de Compostelle, vont chercher chaque année dans les collines pour la Rapa das Bestas (rasage des bêtes). Fête traditionnelle pour les uns, pratique barbare pour les autres, au cours de laquelle les aloitadores (combattants) affrontent les chevaux, cherchant à les maîtriser pour leur couper la crinière et la queue.

Étrange coutume vieille de 4 siècles qui m’a rappelé les combats de chevaux du nouvel an chinois

Étrange rapport à la nature, à l’animalité. Étrange explosion de violence. Étrange rapport de force et de domination.

À l’heure où vous lirez ces lignes, les chevaux auront retrouvé leurs pâturages et leurs collines. Leurs poils auront même recommencé à pousser. La Rapa das Bestas ne dure que trois jours…

J’aurai peut être aussi trouvé la porte de la cage. Ou découvert qu’elle n’existait que dans mon imagination.

Et peut être même que le monde et les hommes qui le peuplent seront devenus moins violents. Et plus sauvages ?

(photos : Miguel Vidal, Denis Doyle, Jose Pereira, Ricardo Grobas, Lusa Hugo Delgado)

Hep Monsieur, s’il vous plaît
La vie, la vie, qu’est ce que c’est ?
Le sens de la vie
Le sens de ma vie…

En préparant ce billet, j’ai réécouté Le Cheval fou de Mimi Lorca, qui a pris quelques rides (la chanson…) depuis sa sortie en 1980. Même si ce drôle de refrain reste étrangement d’actualité…

Bref.

Amanda Martinez est née au Canada d’un père mexicain et d’une mère sud-africaine. Titulaire d’une licence en biologie et d’un master international en administration d’entreprise, elle a été directrice associés d’une des banques les plus prestigieuses au Canada… avant de mettre le cap sur la musique. 

Extrait de son troisième album, Mañana : Va y Viene (Va et vient…) Comme la vie.