Le baiser de paix…

,

Slide 1

Je sais bien que cette image est bien loin de la réalité.

Elle vient d’une série que le photographe Benedetta Polignone a réalisée à l’occasion de la Journée internationale du baiser de dimanche 6 juillet dernier. (encore un événement qu’abcdetc a oublié de fêter… soit dit en passant) et je l’ai reçue hier, de la part d’une lectrice, accompagnée du lien vers la série complète sur le site de la Repubblica.

C’est une image inventée, un fake, une mise en scène, un fantasme, un rêve. Comme vous voudrez.

C’est une image tellement différente de ces dizaines de photographies que j’ai vues depuis quelques jours, de femmes en larmes, d’hommes apeurés, d’enfants blessés dans des décombres fumants. De l’autre côté de ce mur représenté sur la photo du jour. A Gaza où l’histoire se répète, où l’actualité n’en finit pas de radoter, où la haine se répand une fois de plus. Dans le vacarme assourdissant de la folie guerrière auquel répond le silence de la passivité complice et toujours renouvelée de la “communauté internationale”.

Je ne peux renvoyer dos à dos les belligérants de cette guerre qui oppose une seule armée à un peuple occupé. Et si je réprouve le meurtre, quel qu’en soit l’auteur, je sais pour avoir traversé la Palestine et visité Hébron, la violence de la provocation, de l’arrogance, de l’humiliation, du harcèlement quotidien que subissent les Palestiniens sous le joug d’une armée d’occupation. Certains soldats israéliens vous en parleront mieux que moi… Et vous mettrez peut être moins leur parole en balance les soupçonnant de partialité.

Il ne reste alors que la colère impuissante. Et l’espoir… Que la photo d’aujourd’hui se réalise un jour. Avec peut être même un mur en moins. Pour que l’enfant qui naîtrait de cet amour improbable, encore interdit, puisse aller librement de son père à sa mère en faisant ses premiers pas.

Pour le moment, c’est encore la paix qui vacille.

(photo : Benedetta Polignone)

Je sais que la vidéo est pourrie, mais regardez bien l’image (ou l’intitulé de la vidéo chez youtube…).

On peut donc rêver à voix haute ?