Séance de rattrapage

Slide 1

Bon… Quand faut y aller, faut y aller, comme dit l’expression de plombier dont je n’ai pas trouvé l’origine. Mais j’ai trouvé ça au passage :

Bref.

Après avoir gagné un jour avec la pendule de l’ORTF, abcdetc redémarre. Je remercie au passage les lecteurs qui ont témoigné de leur impatience à me relire. Comparée à celle des agitations de fesses ou des seaux d’eau glacée sur la tête (entre autres), l’audience de ce blougui reste bien sûr dérisoire. Mais quand on aime on ne compte pas, n’est ce pas ? Et je n’ai toujours pas de page facebook pour numéroter mes amis.

Bref.

Pour reprendre le cours de ce blougui (dont je me demande depuis plus de 5 ans et 1944 billets quelle est la ligne éditoriale), je me suis replongé dans les photos d’actualité.

Brrr…

Le monde n’a pas vraiment pris de vacances.

De l’Ukraine à la Palestine, de l’Irak aux Etats-Unis, de la Syrie à l’Afrique, j’ai eu l’impression de revoir les mêmes images illustrant les mêmes informations d’un monde qui radote. Un peu comme le “nouveau” Premier ministre qui va nous dévoiler aujourd’hui son “nouveau” gouvernement pour mener une “nouvelle” politique. Mais j’ai (je me suis) promis de ne pas parler de l’hexagone dans ces colonnes. C’est un peu de la ligne éditoriale et c’est une promesse que je tiendrai, cette fois…

François Hollande hier à l’Île de Sein – Photo Philippe Wojazer

Enfin presque.

Donc, pour la reprise et pour la poignée de lecteurs qui l’attendaient, j’ai cherché une image plutôt souriante, qui ne parle ni de guerre ni de fanatisme ni de racisme ni d’avidité ni d’injustice ni d’épidémie…

J’ai trouvé une image pleine de sourires, avec une fenêtre grande ouverte pour laisser entre l’air et la lumière et de jeunes photographes qui font comme un clin d’œil à la devise d’origine d’abcdetc – Regard sur le monde – qui s’est un peu perdue dans les différents avatars d’une maquette, que je tarde à rénover d’ailleurs…

Une image douce pour reprendre doucement.

La photographie a été prise vendredi dernier, au Nigeria (ce qui me permet de faire un salut au passage à mes amis d’Afrique dont le temps n’efface pas complètement le souvenir) dans la région de Osogbo, à l’occasion de l’Osun Osogbo qui se déroule là-bas en hommage à la déesse de la rivière Osun, une des divinités du panthéon yoruba.

Mais, alors que je m’apprêtais à écrire une chute douce-amère en hommage à la nature préservée (et qui a tellement besoin de l’être), une recherche complémentaire sur l’Osun Osogbo m’a appris que le festival avait été interdit aux personnes étrangères à la ville, par crainte de propagation du virus Ebola.

Et j’ai compris alors que, malgré tous mes efforts, l’actualité m’avait rattrapé.

(photo : Akintunde Akinleye)

Certain lecteur consciencieux hésitera peut être à classer ce billet dans la — longue – série des articles religieux. Pour l’aider à trancher, voici Take Me To Church, extrait de I’m Not Bossy, I’m the Boss, le 10e album de  de Sinead O’Connor.

Moi aussi je suis le boss et je n’ai pas plus de cheveux que ça…