L’enfance en rayons

,

Slide 1

Sur les trottoirs de Manille, on trouve des étagères à enfants sur lesquelles sont exposés les enfants à vendre aux touristes occidentaux en mal de parentalité. Quand les enfants sont trop grands, ils sortent des cases et redescendent sur le trottoir pour mendier. À leur place, on installe alors de jeunes poupons plus au goût des touristes occidentaux qui revendiquent le droit à l’enfant.

Bref.

Mais non. Ces enfants de l’étagère jouent simplement. Et la photographie en provenance de Manille est là pour illustrer les annonces gouvernementales d’un plan de développement des Philippines pour que les pauvres profitent davantage des fruits de la croissance “spectaculaire” du pays.

Et puis c’est en Thaïlande que des parents “adoptifs” australiens ont refusé cet été la livraison de la jumelle trisomique par la mère porteuse qu’ils avaient rémunérée. Mais pas pour un produit défectueux…

Je ne sais pas pourquoi, cette image m’a rappelé ça. Ce doit être à fleur de peau.

Le commerce des ventres n’est pas “équitable”. Et j’en ai plus que marre de me faire traiter d’homophobe et de réactionnaire à chaque fois que j’ose aborder ce sujet. Alors, comme argument d’autorité, j’ai maintenant Marie-Josèphe Bonnet, militante du MLF et fondatrice des “gouines rouges” qui, après s’être opposée au mariage pour tous, dénonce les revendications au “droit” néolibéral à la PMA et à la GPA, et l’argumente fort bien dans une interview au … Figaro.

Oui, je suis aussi abonné à la lettre d’info du Figaro. Allez-y, traitez moi de réac… Mais essayez de lire l’article.

Et laissons les enfants jouer tranquillement.

 (photo : Noël Celis)

Aucun rapport avec ce qui précède, sauf si on peut parler de gestation pour autrui pour une chanson…

Voici donc une chanson qui a bien voyagé depuis sa naissance en Italie sous le nom de Che Sarà

  1. Par Ricchi E Poveri au festival de San Remo en 1971
  2. Par Jose Feliciano, au même endroit (probablement) la même année
  3. Par le même, en espagnol cette fois (Qué Será), toujours à San Remo, mais quelques années plus tard, en 2012, en compagnie de Arisa qui conserve l’Italien (mais je peux me tromper car je suis aussi ignorant de ces deux langues et les posteurs de youtube n’aident pas toujours à la compréhension)
  4. En tchèque : Nádherná par Pavel Novák
  5. En suédois : Aldrig mer par les Hootenanny Singers
  6. En Portugais : Quem Será par Tony Carreira…
  7. En islandais (que je ne parle pas plus que l’italien ou le tchèque, mais les sources sont parfois plus fiables…) : Góða ferð par BG og Ingibjörg
  8. En néerlandais (et désolé de ne pas avoir déniché de vidéo imagée) : Sè v’r aa par De Stranger
  9. Mais oui, j’y arrive… Bien sûr, en français : Qui saura ? par Mike Brant

Alors ? Heureux ?