Un homme qui m’…

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8

Où est donc passé Kim Jung-un depuis début septembre et sa dernière apparition publique ?

Les spéculations vont bon train pour savoir ce qu’il est advenu du jeune dictateur. C’est normal. Les Coréens du Nord n’ont pas accès aux joies de la spéculation boursière occidentale et Kim Jong-un leur a donné l’habitude – ainsi qu’aux médias occidentaux – de se montrer 3 ou 4 fois par semaine, tout sourire et dans toutes sortes de mises en scène à la gloire de son régime. Comme ses confrères démocrates…

“Le grand camarade” est bien souffrant, selon les nouvelles officielles : “La richesse et la prospérité de notre socialisme existent grâce aux efforts rigoureux de notre maréchal, qui continue d’éclairer la voie du peuple, comme la lueur d’une flamme, et ce bien qu’il soit indisposé.” Et selon les informations en provenance de Corée du Sud, il souffrirait de “goutte, de diabète, d’obésité et d’hypertension artérielle”.

À 30 ans (ou 31 on ne sait pas trop) ça craint un peu. Mais selon des sources occidentales, le leader bien aimé serait victime de son goût immodéré pour … l’emmental. Virus qu’il aurait contracté lors de sa folle jeunesse en Suisse. Pour satisfaire son addiction, le brave Kim Jung-un se ferait même livrer du fromage en quantité, malgré l’embargo commercial qui frappe son pays. Il aurait même envisagé d’importer carrément la recette du fromage à trous et se serait adressé à l’École nationale d’industrie laitière (ENIL) de Besançon (!!!) pour y envoyer des émissaires chargés de ramener la précieuse recette au pays.

Sans succès selon Véronique Drouet, la directrice de l’ENIL citée par le JDD : “C’est vrai que nous avons été contactés par l’ambassadeur nord-coréen à Paris. Il voulait que nous formions les Nord-Coréens, mais, malheureusement, nous n’avons pas les capacités de l’aider. Nous sommes une petite mais très bonne école, avec des places limitées. Nous ne pouvons pas accueillir les Nord-Coréens.”

Mourir pour un fromage. Quelle sombre perspective.

Pour satisfaire l’appétit présidentiel et sauver la santé d’un homme qui m’… alimente si volontiers de ses photos souriantes, je lui propose de lui apprendre à fabriquer la cancoillotte. Bien meilleure que cette saloperie d’emmental, tout juste bon à râper, ce “mets bien franc-comtois” a en plus l’avantage de ne contenir que 5 à 8% de matières grasses !

(photos : DR)

Corée, kora… Le manque de concertation  entre le rédacteur en chef et le chargé de programmation musicale de ce blougui me prive d’un excellent jeune de mots.

Pour la kora donc, voir le billet d’hier.

Et pour aujourd’hui, une musique en contraste de ce qui précède, en provenance d’une vieille démocratie un peu chancelante, avec quelques mesures de la compositrice grecque Eléni Karaïndrou sur des images qui pourraient nous évoquer la Suisse…