Pas d’amalgame

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20

L’agenda bonairien (ou buenos-airien) était particulièrement chargé le week-end dernier, avec la 23e Marcha de Orgullo (Gay Pride en “bon” français) qui s’est déroulée samedi 15 et la 8e Zombie Walk (pas traduite en espagnol) qui lui a succédé le dimanche.

Les marcheurs du défilé de samedi réclamaient plus d’égalité réelle et moins de discrimination et ceux de la Pacifestación de dimanche ne réclamaient rien, à part le droit de s’amuser et quelques aliments non périssables pour donner à la Fundación Margarita Barrientos qui vient en aide aux enfants affamés (“pour un futur avec amour”).

Je n’ai pas réussi à connaître le nombre exact de marcheurs du samedi (des centaines, des milliers, ou une multitude…) du samedi ni de ceux du dimanche (des milliers…) J’ignore aussi combien de Bonairiens (ou Buenos-Airiens) ont participé aux deux manifestations.

Il n’était d’ailleurs pas toujours facile d’identifier les participants, comme en témoigne la dernière image de la série du jour.

Mais je ne ferai aucun amalgame pour ne pas risquer d’être assimilé à un ex président zombifié sur le retour

(photos Natacha Pisarenko, Martin Zabala, Daniel Fe, Juan Mabromata, DR)

La chanteuse argentine Juana Molina est déjà passée par ici. Ce n’est pas une raison pour qu’elle ne repasse pas par là. Il suffit de le décider…

Lo Decidi Yo, extrait de son dernier album, Wed 21 :