Seul au monde

,

Slide 1
Slide 2

Après le rouge et le jaune, j’aurais naturellement pu me laisser aller au bleu…

Mais la couleur préférée des Français, des Européens, des Occidentaux voire de l’ensemble des habitants du monde (je vous laisse vérifier par vous même…) me provoque parfois comme une allergie, entre les rassemblements extrémistes de par chez moi ou les gentils totalitaires du premier réseau social sur Internet par ailleurs. Entres autres.

Bref.

J’ai croisé hier trois grenouilles photographiées en Indonésie.

Vertes !

Jolies, mais au sujet desquelles je n’ai trouvé absolument aucun commentaire à vous proposer…

Et c’est Kim Jong-un qui, une fois encore, est venu au secours de ma panne d’inspiration. Je sais, il fut un temps où c’était l’Inde. Et ses couleurs.

Mais je n’ai pas résisté au plaisir de partager avec vous cette magnifique et multicolore photo du “commandant suprême” entouré de deux sinistres gradés mais surtout de dizaines de femmes, à l’occasion de la deuxième session de la réunion des “familles de militaires exemplaires” (traduction sans garantie) de l’Armée populaire de Corée (조선인민군 en VO).

Sauf que je n’ai guère plus de commentaire à faire sur Kim Jong-un que sur les grenouilles. Sauf que, si les grenouilles sont en trio, Kim Jong-un est unique, ai-je appris cette semaine. En effet, depuis 2011, une loi coréenne oblige tous les autres Kim Jong-un du pays à changer de nom sur leurs papiers d’identité et tous les documents officiels.

Kim Jung-un dans le rôle de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf ? Excusez moi, je n’ai pas trouvé meilleure chute à ce billet approximatif dont je n’ai pas le courage non plus de changer le titre que j’avais trouvé avant de l’écrire…

(photos : Harfian Herdi, KCNA)

Pour clore cette mini série de billets colorés, j’aurais pu trouver un blues à vous mettre sous la dent. Ou plutôt dans l’oreille ou dans les yeux. Mais mon principal fournisseur de vidéos de musiques du monde m’a proposé d’écouter – et de regarder – Mayra Andrade et son tout nouveau clip Ilha de Santiago, “hommage aux musiciens de l’île de Santiago mais aussi à l’authenticité, à la bienveillance et à l’espoir qui caractérise le peuple cap-verdien”, superbement réalisé par Colin Solal Cardo (de La Blogothèque).

Pas vraiment de quoi avoir le blues. Mais plutôt l’envie de danser, non ? Profitez en : ça réchauffe par ces frimats d’avant Noël…