Tout le monde est quelqu’un

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24

Une semaine après la touchante cérémonie d’union nationale (et internationale) du 11 janvier, à laquelle le monde entier a assisté avec émotion le 11 janvier, les manifestations anti-françaises se multiplient dans de nombreux pays dissidents à l’unanimisme. Malgré des ventes record qui vont sans doute sauver (pour combien de temps?) le journal satirique moribond, tout le monde n’est pas Charlie.

Dans ce concert discordant, où a culminé hier la manifestation de Grozny à laquelle ont participé – selon le ministre de l’intérieur russe – 800.000 personnes, soit 60 % de la population tchétchène, les signes francophiles sont rares.

Et notables.

Ainsi, quelques 20000 personnes ont manifesté dimanche à Kiev, sur la fameuse place de l’Indépendance (Maïdan Nézalejnosti) en brandissant des pancartes d’inspiration française sur lesquelles on pouvait lire : Je suis Volnovakha (ou Donetsk, Lugansk, Donbas, Ukraine, etc.) Le Président Petro Porochenko et son épouse ainsi que le Premier ministre Arseni Iatseniouk et des députés du peuple ont participé à ce rassemblement, qui rendait hommage aux 13 passagers d’un bus tués mardi 13 janvier par une roquette, à Volnovakha au sud de Donetsk.

Évidemment, 20.000 personnes c’est peu comparé à 800.000 (même si les chiffres sont à peine gonflés). Et il faudra d’autres témoignages de la francophilie planétaire pour que la cote de popularité de notre pays remonte autant que celle de notre Président.

Espérons qu’au final, chacun se souviendra de qui il est et aura droit de l’être. Et que nous n’aurons pas besoin de morts par dizaines pour parvenir à nous identifier et savoir qui nous sommes.

(photos : Kira Tolstyakova, Sergey Dolzhenko, Sergei Supinsky, Sergei Chuzavkov, Efrem Lukatsky, Genya Savilov, DR)

Les Ukrainiennes Ruslana, Tanya, Solomiia, Anna, Natalia et Zo composent les Dakh Daughters. Un groupe entre théâtre et musique, ambiance clownesque et cabaret, qui a participé à sa manière aux manifestations de l’an passé sur la place Maïdan et qui continue son bonhomme de chemin sur les scènes européennes. Une aventure à suivre…