Une place dans le cœur

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25

C’est en trouvant hier la première image de la série du jour (signée B.K. Bangash) de deux enfants aux prises avec un âne dans les environs d’Islamabad, que je me suis souvenu de la dernière photographie, de l’enfant qui tire de l’eau pendant qu’un coq traverse… Une image qui m’avait touché, du contraste entre un décor tellement frustre et un sourire tellement lumineux… C’était en janvier.

J’ai cherché l’image de la fillette et du coq dans les archives – désordonnées – de ce blougui, puis sa source sur le web, et c’est ainsi que je suis arrivé sur la page facebook de Muhammed Muheisen.

Je suis remonté dans le temps, de mars à janvier, et j’ai trouvé toutes les images du jour, de tous ces enfants afghans qui n’ont peut être jamais connu leur pays d’origine ni autre chose que cet environnement de misère dans lequel ils vivent, jouent travaillent, sourient.

Dans un article sur Graine de Photographes consacré à une galerie de portraits de ces enfants que Muhammed Muheisen avait réalisé en début d’année dernière, ma consœur Céline cite le photographe jordanien :

“Pour moi, tous les enfants de cette série ont une place spéciale dans mon cœur parce que grâce à eux, j’ai appris à apprécier ce que j’ai. Je suis toujours étonné de voir comment les enfants de réfugiés afghans profitent de leur temps avec rien. Ils créent des jeux élaborés et créatifs sans argent. Je voulais montrer au monde extérieur ce que je vois chaque fois que je rencontre ces enfants, leurs yeux magnifiques et leur vie difficile, en face de mon objectif.”

À abcdetc aussi, les enfants ont une place spéciale dans mon cœur.

En cherchant l’image de la fillette afghane d’Islamabad et avant de trouver la page de Muhammed Muheisen, je suis arrivé sur cet article dans la presse belge qui a confirmé une information que j’avais appris récemment de ma correspondante dans la région : Le Pakistan va enregistrer 1,4 million de réfugiés afghans pour ensuite les rapatrier. Ces 1,4 millions d’illégaux une fois recensés vont donc s’ajouter aux 1,6 million d’Afghans officiellement enregistrés. Et tout ce beau monde va être prié de rentrer gentiment chez soi, comme les 30.000 de leurs compatriotes qui sont retournés au pays après l’attentat contre l’école de Peshawar en fin d’année dernière.

3 millions de personnes exilées depuis plusieurs – dizaines – années, dont les plus jeunes n’ont jamais mis les pieds dans leur pays, et qui vont devoir y retourner… avec l’aide de l’Agence des Nations-Unies pour les réfugiés (UNHCR) et des organisations, gouvernementales ou non, qui sont ses partenaires. Qui vont avoir un sacré travail.

Que je leur souhaite de faire avec le cœur.*

(Photos : B.K. Bangash, Muhammed Muheisen)

* Oui, c’est aussi un message personnel pour une enfant qui a une place spéciale dans le mien…

Ne cherchez pas de rapport entre la musique du jour et les enfants afghans d’Islamabad.

C’est juste – presque – un autre message personnel : Natalia M.King et Kellylee Evans sont toutes deux en concert ce soir à côté de chez moi.